Témoignage Céline Ardry, assistante téléphonique à la Banque Themis, filiale de LCL spécialisée dans le financement des procédures collectives des entreprises

« Un jour travaillé est un jour de gagné sur la maladie »

le 25/11/2010 L'AGEFI Hebdo

« Ma sclérose en plaques m’a permis de travailler normalement jusqu’en 2003, date à laquelle j’ai perdu en partie la vue. J’occupais un poste administratif, au traitement des dossiers. Un travail visuel, souvent fait dans l’urgence, qu’il m’était impossible de continuer. A l’époque, mon médecin m’avait prévenu de m’attendre à être licenciée. J’ai découvert le monde du handicap et de la non-voyance. Je me suis battue avec la Sécurité sociale pour travailler de nouveau. Après une laborieuse demande de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé, nous avons étudié les possibilités de poste avec la mission handicap, le médecin du travail, l’assistante sociale et mon futur responsable en octobre 2004. A l’accueil, mon poste a été équipé d’un grossisseur de documents, d’un clavier spécifique et d’un téléphone muni de grosses touches. Je travaille à mi-temps, le matin, lorsque ma vue est reposée. Je m’habitue à vivre avec le handicap et mes collègues me sont d’une grande aide. Comme je fais partie d’une association de malades, je sais que j’ai de la chance d’avoir conservé un emploi. Un jour travaillé est un jour de gagné sur la maladie. Ma bulle de paix, c’est le travail et chez moi. » 

A lire aussi