Les inégalités salariales se creusent aussi au Royaume-Uni

le 18/08/2015

Télécharger le document

Un directeur général du FTSE 100 a gagné en moyenne 148 fois plus que ses salariés en 2014. Tel est le constat d’une étude du think tank High Pay Centre publiée le 16 août 2015. Dans le viseur des régulateurs et des politiciens depuis la crise financière, les rémunérations des dirigeants des 100 plus grandes entreprises cotées britanniques sont pourtant restées très élevées. Le salaire moyen du directeur général d'une entreprise du FTSE 100 est passé de 4,923 millions de livres en 2013 à 4,964 millions l'an dernier (2010 : 4,129 millions).

Comme en 2013, Martin Sorrell, directeur général du groupe publicitaire WPP, s'est arrogé la première place des dirigeants les mieux rémunérés du FTSE 100, avec des émoluments de 42,97 millions de livres. Tidjane Thiam, anciennement à la tête Prudential, a fait son entrée à la 5e place du Top 10 avec 11,834 millions de livres, suivi par Antonio Horta-Osorio, directeur général de Lloyds Banking Group (11,544 millions de livres), également nouveau venu dans le cercle restreint des dix directeurs généraux de sociétés cotées les mieux payés outre-Manche.

Plus inquiétant selon le High Pay Centre, l'écart de rémunération entre patrons et salariés n'a cessé de se creuser : la rémunération moyenne du directeur général d'une entreprise du FTSE 100 a représenté l'an dernier 148 fois celle de ses salariés, comparé à 146 fois en 2013. Au final, les directeurs généraux des grosses entreprises cotées britanniques gagnent en moyenne 183 fois plus qu'un salarié, tous secteurs d'activité confondus outre-Manche. Or, ce ratio était de 182 en 2013 et de 160 en 2010.

Source :
High Pay Center
Langue :
Royaume Uni
Pages :
6

A lire aussi