VIE : une expérience à l'international dès le diplôme en poche

le 03/05/2013

Les grandes banques françaises proposent chaque année plusieurs centaines de postes de Volontariat International en Entreprise aux quatre coins du monde à des jeunes diplômés.

VIE : une expérience à l'international dès le diplôme en poche. Illustration: Fotolia

Depuis 12 ans, le Volontariat International en Entreprise (VIE) permet à des jeunes diplômés de toute l’Union Européenne de réaliser une mission à l’international au sein d’une entreprise française. Pour Crédit Agricole SA, qui propose environ 150 contrats de ce type chaque année, répartis entre les Etats-Unis, le Brésil, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Angleterre et Singapour, aussi bien dans les fonctions supports qu’en front office, ce type de contrat permet de se constituer un vivier de recrutement. «Grâce aux VIE, nous recrutons des jeunes, leur offrons une expérience à l’international de longue durée et, lorsque des postes s’ouvrent, c’est à eux que nous les destinons en priorité», explique Sophie Serratrice, responsable marque employeur et recrutement de CASA.

Des offres réservées à des jeunes diplômés, en pratique le plus souvent titulaires d’un Bac+5, et issus de formations en adéquation avec le poste visé. «Nous sélectionnons les candidats à travers des tests d’aptitude, de logique, et des entretiens avec les ressources humaines et les opérationnels. Le nombre de candidature est variable, mais, d’une manière générale, les VIE sont très demandés, et nous conseillons aux jeunes désireux de vivre une telle expérience de mettre des alertes sur notre site carrières. Ainsi, pour un contrat à New-York, nous avons reçu plus de 200 candidatures en quelques heures», illustre-t-elle.

De son côté, Société Générale a recruté environ 250 jeunes diplômés sur des volontariats à l’international en 2012 et anticipe un volume aussi important cette année, ce qui en fait le premier recruteur de VIE depuis 2007, tous secteurs confondus.«Nous recrutons sur l’ensemble des lignes métiers de la banque, aussi bien en banque de financement et d'investissement, qu’en banque de détail à l'international, en banque privée, dans des filières allant de l’informatique, aux risques, en passant par les ressources humaines», observe Marie Moreira, responsable recrutements VIE du groupe. Ces offres en Angleterre, aux Etats-Unis, en Asie, en Afrique et en Europe de l’ouest et de l’est sont également ouvertes à de jeunes diplômés de niveau Bac +5 issus d'écoles de commerce, d'écoles d'ingénieurs ou d’universités, et cette expérience«contribue à développer leur employabilité. D’ailleurs, environ la moitié de nos VIE sont transformés en CDI», constate la responsable recrutement VIE.

Chez AXA IM, ce sont 90% des VIE qui sont transformés en CDI. «Ces contrats sont pour nous un moyen d’attirer les jeunes diplômés qualifiés, et de diversifier les profils de nos équipes à l’étranger. Cela permet également d’avoir des salariés parfaitement bilingues et adaptables en fin de contrat VIE», reconnait Sophie Derobert, responsable RH des expertises de gestion et relations écoles. La vingtaine de contrat en VIE signés chaque année par la société de gestion se répartie entre les fonctions support et financières. «Pour les métiers de la gestion, nous sommes surtout à la recherche de profils d’ingénieurs quant, issus d’écoles d’ingénieurs ou d’universités, et nous recrutons également des product specialists, qui accompagnent les gérants et les commerciaux en préparant les documents présentant les fonds, leurs performances, et leurs évolutions…», explique-t-elle.

Si la formule séduit les entreprises, les jeunes diplômés sont également conquis. Recruté en juillet 2012 par Société Générale CIB pour un poste en VIE, Jérôme Tournier occupe depuis près d’un an un poste de junior sales fixed income, à Milan. « J'ai effectué l’ensemble de mes stages professionnels chez SGCIB (2 stages) et, j’ai immédiatement postulé lorsque cette offre a été publiée sur le site carrière du groupe. Après un test numérique et un test logique en ligne, puis un entretien avec les ressources humaines, et un autre avec les opérationnels basés à Milan, j’ai reçu une réponse positive, explique-t-il. Mes précédentes expériences au sein du groupe, ma connaissance des produits, et ma pratique de l’italien ont surement aidé ma candidature ».

Tout juste diplômé de son école de commerce (Inseec paris), il travaille désormais sur deux desks différents (crédits et taux), et assiste au quotidien une équipe de quatre personnes, basées à Paris, Londres, et Milan. « Je jongle entre le français, l’anglais, et l’italien et mon supérieur me confie de plus en plus de responsabilités. Le VIE est une opportunité à saisir, et un excellent moyen de faire la transition entre le monde étudiant et la vie professionnelle », conclue Jérôme Tournier.

A lire aussi