L’expertise de BNP Paribas en matière de mixité bientôt au service des PME et TPE

le 15/04/2013

La convention signée par le groupe l’engage à poursuivre ses actions déjà engagées, et à les diffuser auprès des PME TPE.

BNP Paribas signe une convention avec le Ministère du Droit des Femmes. Photo: PHB

BNP Paribas a été sollicité, avec une vingtaine d’autres grandes entreprises, pour contribuer à l’action de sensibilisation des PME et TPE à l’enjeu de l’égalité et de la mixité professionnelle entre Femmes et Hommes. A travers la signature d’une convention cadre avec le Ministère du Droit des Femmes, le groupe bancaire s’est donc engagé à mener de nouvelles actions dans ce domaine, en interne, mais aussi en externe.

Depuis plusieurs années, BNP Paribas agit en faveur de la mixité professionnelle, mais aussi de l’égalité entre Femmes et Hommes. Aussi, comme Elisabeth Karako, directrice de la diversité du groupe, le rappelle, «dans leur ensemble, les effectifs de BNP Paribas sont mixtes, composés de 52,8 % de femmes et de 47,2 % d'hommes. Notre politique de rattrapage salarial a également porté ses fruits, et nous veillons soigneusement à ne pas recréer d’inégalités après avoir effectué ces rattrapages, notamment grâce à la définition d’objectifs chiffrés». Cependant, malgré sa bonne volonté, le groupe se trouve tout de même confronté à une «pénurie» de femmes dans certains métiers, en salles de marché notamment. «Les salles de marchés recrutent principalement des étudiants issus d’écoles d’ingénieurs, qui comptent à peine 27% de femmes dans leurs effectifs, leur proportion est logiquement très faible en salle de marché. Nous mettons tout en œuvre pour aller à la rencontre de ces jeunes femmes et les inciter à nous rejoindre, à travers des actions de sensibilisation dans les écoles, des invitations en interne, ou encore des guides métiers, mais mathématiquement, tant que le système scolaire français ne favorisera pas davantage la présence des femmes dans les écoles d’ingénieurs, nous aurons du mal à atteindre une égalité dans ces métiers », explique la directrice diversité du groupe.

Par ailleurs, dans le «senior management», composé d’environ 2.200 collaborateurs, les femmes sont là encore minoritaires, et tout est mis en œuvre pour y remédier et supprimer le plafond de verre. Présentes à hauteur de 15% à ce niveau de la hiérarchie avant 2009, elles sont désormais plus de 20%, dépassant ainsi l’objectif qui avait été fixé par le groupe à fin 2012. Un nouvel objectif de 25% de femmes "senior manager" à fin 2014 a été fixé par le CEO. «Pour assurer une relève, nous devons agir sur toutes les strates d'âges de nos salariées. Nous nous efforçons d’alimenter nos viviers en travaillant sur l'égalité dans les méthodologies de nomination et de promotion», explique Elisabeth Karako.

Si le groupe est tenu de poursuivre toutes ces actions, c’est qu’il se doit d’être exemplaire pour mener à bien la mission confiée par le ministère du Droit des Femmes : sensibiliser sur ces sujets les dirigeants de PME et TPE. Pour Elisabeth Karako, la structure des grands groupes, ainsi que leur moyen humain et financier, leur permettent d’avancer plus efficacementet rapidement, et les met en position d’aider les entreprises de plus petites tailles. «Dans les "Maisons des Entrepreneurs" structures de BNP Paribas qui accueillent les PME et les TPE, nous allons organiser des réunions pour aider les dirigeants de ces entreprises à mettre en place des politiques d’égalité. Nous sommes prêts à mettre au service du plus grand nombre possible l’arsenal d’outils de formation et de sensibilisation dont nous disposons. Nous sommes aidés sur ce projet par un cabinet de conseil et, d’ici trois mois, le programme devrait être construit et les premières invitations lancées», s’engage-t-elle.

Au-delà de l’aspect communication, et de l’opportunité pour le groupe de mettre en avant ses réalisations dans le domaine, cette action s’inscrit dans la politique RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises) de BNP Paribas. « La diversité est un enjeu de responsabilité sociale, et en tant que membre de la société, nous nous devons de contribuer à son évolution. Nous sommes par ailleurs convaincus que les entreprises dont les équipes sont mixtes sont les plus performantes, et, comme nous avons tout intérêt à ce que nos clients le soient, c’est un projet gagnant-gagnant », conclut Elisabeth Karako.

A lire aussi