«J’ai dû travailler activement en dehors de mes heures de cours et de travail»

le 04/12/2012

David de Sousa Peixoto, analyste de portefeuille au Fonds de Réserve pour les Retraites

Entré en mars 2012, au Fonds de réserve pour les retraites (FRR), établissement public qui gère 35 milliards d’euros pour le compte de l’Etat français, David de Sousa Peixoto, 24 ans, assiste au quotidien les directeurs d’investissement. Amoureux des chiffres depuis toujours, il avait intégré une classe préparatoire économique et commerciale après son baccalauréat scientifique, puis une école de commerce, l’INSEEC Paris, où il s’était naturellement spécialisé en finance de marché. Après son Master 1, il avait ainsi saisi l’opportunité offerte par son école de faire une année de césure, soit une année entièrement consacrée aux stages. Déjà conscient des difficultés rencontrées par les jeunes diplômés, il souhaitait multiplier les expériences avant son entrée sur le marché de l’emploi.

C’est dans les salles de marchés de la Société Générale, en tant qu’assistant structuration sur le forex qu’il a fait ses premiers pas dans la finance. Pendant 1 an (6 mois à Paris puis 6 mois à Londres), il a créé des produits destinés à être vendus à différents types de clientèle (institutionnels, gestion privée, corporate…). Au centre des différents départements de la salle des marchés, ce poste lui a permis d’être à la fois en contact avec des vendeurs, des traders, le middle office, mais aussi les services juridiques et marketing. Par ailleurs l’équipe lui a rapidement fait confiance, lui donnant le sentiment d’être plutôt considéré comme un junior, que comme un stagiaire. «La formation reçue à l’INSEEC était très complète, mais, pour travailler en salles de marchés, très peu d’écoles de commerce permettent de rivaliser avec des élèves issus d’écoles d’ingénieurs. Afin de me perfectionner, j’ai dû travailler activement en dehors de mes heures de cours et de travail» relate David de Sousa Peixoto. Outre une amélioration considérable de son anglais, les 6 mois passés à Londres lui ont permis de découvrir la City, et une culture totalement différente. «A Londres, l’équipe arrive une heure plus tôt, prends son petit-déjeuner et déjeuner sur le desk et se réunit tous les soirs pour prendre un verre et décompresser» a-t-il ainsi observé.

Le choix du stage de fin d’étude étant quant à lui déterminant pour une carrière de tout jeune diplômé, connaître un autre univers que la banque d’investissement et ainsi avoir une double compétence, «indispensable pour être compétitif», était un critère essentiel à ses yeux. Son choix s’est porté sur la gestion d’actifs, un milieu qu’il ne connaissait pas, assez différent mais faisant appel à des connaissances techniques acquises auparavant. Recruté pour un stage de 6 mois en tant qu’analyste de portefeuille au FRR il a transformé l’essai en CDD, première étape pour décrocher le sésame tant convoité. Selon lui, ce sont sa curiosité, son côté débrouillard, son adaptabilité et surtout ses solides connaissances en finance qui ont fait la différence.

Au quotidien, il participe au lancement des appels d’offres publics, à l’allocation des capitaux à des sociétés de gestion et à l’analyse de leurs performances par rapport au marché. Travailler au sein de cette structure lui permet de découvrir un environnement unique, très rigoureux, qu’il n’aurait sans doute pas connu ailleurs. Il a en outre l’opportunité de rencontrer un grand nombre de professionnels et d’investir sur de nombreux marchés et secteurs différents, aussi bien dans les pays émergents qu’aux Etats-Unis ou en Europe.

Pour l’avenir, il souhaite progresser dans ce métier, mais aussi ne jamais laisser passer une occasion d’ajouter «une nouvelle corde à son arc».

A lire aussi