Les normes comptables désormais au menu de l'Ecole d'économie de Toulouse

le 10/09/2012

L’Autorité des Normes Comptables et la Caisse des Dépôts et Consignations ont décidé de lancer un partenariat de recherche dans ce domaine avec TSE.

La Toulouse school of economics. Photo: Lydie le Carpentier/REA

La crise a révélé l’importance du débat

sur les écarts potentiels entre valeur de marché et valeur fondamentale dans l’ajustement

des comptes des entreprises, notamment des banques. Pour éclairer ce débat,

trop peu investi en France d’un point de vue académique, l’Autorité des Normes

Comptables (ANC) et la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) ont décidé de

lancer un partenariat de recherche sur les normes comptables avec l'Ecole

d'économie de Toulouse (ou Toulouse School of Economics - TSE).

« Ce partenariat permettra

d'intéresser des économistes aux conséquences des normes comptables, et

précisément à leur impact sur l'économie », indique les promoteurs du projet. « Ces sujets sont d'un intérêt

primordial pour les normalisateurs comptables mais aussi pour les régulateurs.

Ils affectent également directement les comptes et donc les décisions et les

stratégies des investisseurs de long terme », poursuivent-ils.

Depuis des années, ce thème

est reconnu comme important par la Commission européenne. Au point qu’elle

estime que « trop peu d’études ou évaluations n'ont encore été pratiquées de façon

satisfaisante » sur ce thème. Pour

mener à bien le projet de l’ANC et de la CDC, des chercheurs de renom ont été

mobilisés. Sous l’égide de l’économiste Jean Tirole, l'équipe inclura Alexander

Gumbel, Christian Hellwig, Augustin Landier, Guillaume Plantin et Silvia

Rossetto.

L’ambition est grande. Les

résultats des recherches devront aider « à identifier et traiter les écarts potentiels entre valeur de

marché et valeur fondamentale, à déterminer la  vitesse  adéquate

d’ajustement des comptes aux fluctuations de l’environnement et à traiter des

problématiques liées au risque de liquidité ».

Selon le communiqué, « les travaux de recherche

partiront d'une analyse des modes de fonctionnement des marchés et de leurs

imperfections, ainsi que du comportement des acteurs de marché et de leur impact

sur la fixation des prix ». Pour les chercheurs, il s’agit d’« examiner les enjeux et les

voies possibles d'une traduction satisfaisante dans la comptabilité des

opérations financières les plus complexes, des produits illiquides ou des

opérations dont les valorisations sont les plus incertaines ».

Au delà des travaux de l'ANC

elle-même et des chercheurs en comptabilité ou des rapports existant «  il s'agit de continuer à tirer les leçons du fonctionnement des marchés

sur les normes comptables sous un angle différent, à la lumière des récentes

crises financières. Les débats internationaux sur ces questions ne sont pas

clos et il est important d'y prendre une part active », souligne le communiqué. 

Le partenariat est conclu dans le cadre de la politique de recherche de l'ANC.

Cette autorité veut promouvoir un « effort collectif » et solliciter le soutien des entreprises au travers

de leurs instances représentatives (AFEP, MEDEF, MiddleNext) et des

professionnels de la comptabilité (Ordre des experts-comptables, Compagnie

nationale des commissaires aux comptes). Il s’inscrit également dans la

réflexion de la CDC « sur les impacts des nouvelles normes comptables et

prudentielles sur les investissements et les investisseurs de long terme. »

A lire aussi