Stéphane Puel, associé gérant du cabinet Gide Loyrette Nouel

le 13/02/2012

« Le métier d’avocat est un métier de passionnés »

« Le métier d’avocat est un métier de passionnés » se félicite Stéphane Puel, nouvellement nommé associé gérant du cabinet Gide Loyrette Nouel, à 40 ans et pour deux ans. Il aura pourtant, étudiant, caressé le projet de se lancer dans le journalisme et pour ce faire multiplia les stages dans la presse. Mais le premier qu’il fît au sein déjà du cabinet Gide et plus particulièrement du département finance, en 1995, au cours de ses études à Sciences Po, l’ont immédiatement décidé à choisir le barreau. « J’ai été séduit par ce milieu et plus particulièrement attiré par le secteur financier, très stimulant intellectuellement et en prise directe avec la vie des entreprises » ajoute le nouveau dirigeant du plus important cabinet français, avec 1.300 salariés dont 650 avocats, répartis dans 18 bureaux à travers le monde. C’est ainsi que Stéphane Puel entra en 1997, à la suite d’un nouveau stage, dans l’équipe dédiée alors à la réglementation financière. « Nous étions encore assez généralistes et nous nous sommes spécialisés progressivement, se rappelle-t-il. C’était le début des directives européennes dans ce domaine, le moment aussi de l’essor de la gestion d’actifs et des fonds d’investissement », qui sont devenus ses sujets de prédilection. Dans ce contexte, Stéphane Puel a conseillé de grandes institutions, clientèle traditionnelle de la maison, mais aussi des sociétés entrepreneuriales, du fait du dynamisme de ce milieu à Paris. « La sophistication des produits, des instruments utilisés, et l’internationalisation de ces métiers a rendu de plus en plus nécessaire l’intervention d’avocats pour des missions de conseil et non plus seulement contentieuses » observe-t-il. Et ceci d’autant plus que le cabinet peut faire valoir une forte implication auprès des régulateurs dans l’élaboration de certains textes (ceux ayant trait aux OPCI ou aux fonds contractuels par exemple), ainsi que des interventions dans le cadre de lancement de nouvelles activités par certains acteurs (fonds de créances décotées immobilières ou LBO entre autres).

Mais désormais, et pour au moins deux ans, il pilotera le développement de Gide, tout en continuant à suivre sa clientèle. « Je dois en premier lieu assurer la cohésion entre la centaine  d’associés du cabinet, avec pour objectif de conserver des places de leader dans nos domaines respectifs (finance, fusions-acquisions, social, fiscalité, propriété intellectuelle, droit de la concurrence, droit public des affaires…) dans le cadre d’un plan d’action à horizon 2015 » ambitionne Stéphane Puel.

A lire aussi