Dossier

Le renminbi, un enjeu international

Le renminbi, un enjeu international

Le Renminbi va-t-il réussir à s'imposer parmi les grandes devises internationales de réglement commercial et de réserve, au côté du dollar, de l'euro, de la livre et du yen?  Le Fond monétaire international (FMI) a indiqué dès l'automne 2014 son projet d'inclure la devise chinoise dans ses droits de tirage spéciaux (DTS). Le principe de cette admission devait être officialisé dès novembre 2015.

Mi-octobre 2014, la BCE devait décider d'incorporer le renminbi (RMB) dans ses réserves de changes, signe que les autorités et investisseurs se préparent à un monde dans lequel le renminbi joue un rôle plus important. 

A l'occasion du Forum international Paris Europlace qui s’est tenu début juillet 2014, la France a accueilli sa première émission libellée en devise chinoise. Dans le cadre de son programme Medium Term Notes (MTN) de 10 milliards de yuans, Bank of China (BoC) a émis 2 milliards de renminbis (237 millions d'euros) d'obligations en deux tranches de 1,5 milliard à 2 ans et 500 millions à 5 ans.

Cette opération conforte les intentions de  la place de Paris qui depuis 2012 affiche l’ambition de devenir un pôle européen leader pour l’accès à la devise chinoise. Paris veut développer un pôle de liquidité en RMB offshore, à même de permettre la gestion des flux commerciaux en devise chinoise, y compris pour les transactions effectuées entre les entreprises chinoises et africaines.

Le lancement de la cotation sur le marché réglementé d’Euronext des obligations émises en juillet par Bank of China (BoC) à Paris pour un montant de 2 milliards de yuans (250 millions d’euros), a également été l’occasion de la signature d’un accord de coopération stratégique entre la banque chinoise et Euronext visant notamment à « faciliter la venue des entreprises chinoises en Europe pour se financer, investir et pour leurs opérations de trading sur les matières premières », précise Euronext. Des grandes entreprises chinoises mais également de plus en plus de PME pourraient ainsi souhaiter s’offrir une cotation en Europe.