Dossier

Vincent Bolloré restructure Vivendi en profondeur

Vincent Bolloré restructure Vivendi en profondeur

Ex-star mondiale de la communication et du divertissement, Vivendi en est réduit à revoir la structure même du groupe. Après avoir évoqué la nécessité de se recentrer autour des media et du divertissement, les dirigeants ont annoncé début septembre 2013 leur intention de scinder l'entreprise en deux, en séparant le pôle média de celui de la téléphonie, la filiale SFR ayant été vendue en avril 2014 au câblo-opérateur Numéricable. Début avril 2015, le groupe a proposé 250 millions d'euros pour reprendre l'essentiel du capital de Dailymotion, plateforme de diffusion de vidéo filiale d'Orange.

Cette stratégie, menée par l'homme d'affaires Vincent Bolloré, est la conséquence de l'échec des grandes ambitions passées, brisées sur la bulle internet. 13 ans plus tard, la dette du groupe est encore évaluée à 13,2 milliards de d’euros. Vivendi, qui s'est égaré dans des diverses activités, s'est mis en quête de cohérence.

En juillet 2013, Vivendi a ouvert des négociations en vue de céder ses parts dans Maroc télécom au géant de la télécommunication émirati, Etisalat, pour un montant de 4,2 milliards d’euros. Dans la même semaine, l’ex numéro un mondial des jeux vidéo a annoncé vouloir céder 85% de ses parts dans Activision Blizzard, développeur et éditeur de jeux vidéos, près à les rachèter pour 6,2 milliards d’euros.

Le groupe, qui compte sur ces cessions pour alléger sa dette, avait laissé entendre dès l'été 2013 qu'il réfléchissait à la cession des sociétés de télécom SFR et GVT, premier opérateur alternatif brésilien. Le groupe français veut profiter des marges de manœuvres qu’il tirera de ces différentes cessions pour développer ses activités médias, internet et musique, les actifs de contenus dont Canal + et Universal musique pouvant être réunis dans une société spécifique. Vivendi veut devenir l’un des grands acteurs dans ces secteurs. Le groupe, qui mise sur le numérique et les émergents, se dit prêt à des acquisitions.