La chronique de l'actualité

2018 n’a pas été tendre en Europe pour les nouveaux venus en Bourse

le 21/12/2018

Philippe Mudry

Le logisticien Gefco se propose d’entrer en début d’année prochaine à la Bourse de Paris : cette IPO sera importante pour la Place car la première de cette taille depuis longtemps, et au seuil d’une année où, en principe, les privatisations pourraient reprendre.

Il faut donc espérer que le prix proposé sera pertinent car les nouveaux entrants ne bénéficient d’aucune sympathie particulière de la part des investisseurs.

Un coup d’œil sur les introductions réalisées en 2018 suffit pour s’en convaincre.

Selon les statistiques de BNP Paribas, sur les 20 plus grosses introductions réalisées cette année en Europe, allant d’une valorisation de 400 millions à 4 milliards d’euros, 11 seulement affichent, en cette fin d’année, une performance positive.

Les franches réussites existent bien sûr, comme le spécialiste néerlandais des paiements Adyen, qui a doublé en six mois, les déceptions sont également spectaculaires.

Ainsi le gérant d’actifs filiale de Deutsche Bank DWS, introduit en mars, a perdu plus de 20%, et Aston Martin, bien loin de rééditer le fulgurant parcours de Ferrari, a perdu un quart de sa capitalisation en moins de 3 mois.

Outre le prix d’introduction, le marché se montre particulièrement attentif à la valeur du modèle économique.

Lorsqu’il les juge peu convaincants, il ne fait pas de quartier comme le spécialiste britannique de la finance participative, Funding Circle, l’a appris à ses dépens.

Introduit à 440 pence fin septembre, le titre avait déjà perdu plus d’un quart de sa valeur mercredi soir avant de subir une nouvelle fois les foudres du marché pour cause de résultats décevants.

La valeur a perdu 20% au terme de la séance, désormais cotée 40% en dessous de son cours d’introduction.

Solliciter l’épargne publique n’est donc pas de tout repos, et cela restera d’autant plus vrai l’an prochain que l’humeur de la bourse est exécrable en cette fin d’année.

Aux actionnaires désireux de céder des actifs sur le marché, et aux professionnels du marché primaire qui les y aideront d’en tirer les bonnes leçons.

Sur le même sujet

A lire aussi