La chronique de l'actualité

La 5G promue enjeu de sécurité nationale partout dans le monde

le 14/03/2018

Philippe Mudry

Une OPA géante bloquée aux Etats-Unis, une prise de participation décisive en Finlande, un industriel chinois sous haute surveillance en Australie : partout dans le monde, la 5G s’impose comme un enjeu de sécurité nationale et les Etats prennent des décisions en conséquence.

Consacrée priorité nationale dans le dernier rapport de la Maison Blanche au Congrès sur les enjeux de sécurité, la 5G est au cœur de la décision de Donald Trump de bloquer l’OPA du singapourien Broadcom sur Qualcomm.

Capitale dans la perspective de l’internet des objets, cette 5ème génération de standards pour la téléphonie mobile obsède l’administration Trump en raison de l’avantage qu’elle pourrait donner aux Chinois.

Huawei est notamment identifié comme leader mondial dans ce domaine.

Or Broadcom est soupçonné par Washington de vouloir tailler dans les dépenses de recherche de Qualcomm, au risque de laisser le chinois faire la course en tête.

L’angoisse est telle outre-Atlantique qu’un membre du Conseil national de sécurité est allé jusqu’à suggérer de construire un réseau entièrement contrôlé par l’Etat. Une hérésie au pays initiateur de la dérégulation des télécoms.

L’idée est dans l’air ailleurs : en Australie, Huawei pourrait être exclu d’un projet mobile majeur pour la même raison.

Et hasard ou non, l’Etat finlandais est lui aussi sorti du bois hier pour annoncer avoir pris plus de 3% de son champion national, Nokia.

Premier employeur privé du pays, le groupe est surtout un des deux champions européens dans la 5G avec le suédois Ericsson.

Un domaine où le vieux continent peine justement à définir un projet industriel cohérent à la hauteur des attentes des consommateurs et des impératifs de souveraineté.

Sur le même sujet

A lire aussi