La chronique de l'actualité

L’heure des choix approche pour Nestlé et L’Oréal

le 26/09/2017

Philippe Mudry

Philippe Mudry

Il y aura aujourd’hui la foule des grands jours à la journée Investisseurs de Nestlé à Londres.Et pas seulement parce que le directeur général Mark Schneider évoquera la stratégie d’un groupe en quête de croissance ;mais aussi parce qu’il ne pourra éviter d’aborder le sujet qui agite le marché, celui de l’avenir de ses liens avec L’Oréal.Le décès de Liliane Bettencourt lui redonne son actualité. Certes la clause d’immobilité dans le capital de L’Oréal qui lie la famille Bettencourt à Nestlé continuera à s’appliquer pendant six mois encore.Mais la situation dans laquelle se trouve le géant suisse pourrait le contraindre à sortir du bois plus tôt.Traditionnellement, le groupe qualifie cette participation de « hautement stratégique ».Mais le fonds activiste américain Third Point, propriétaire de 1% du capitalest d’un avis contraire et réclame sa cession. Au cours actuel, la participation dans L’Oréal vaut 23 milliards d’euros.L’Oréal serait à coup sûr le candidat naturel au rachat, que les titres soient cédés partiellement ou non.Sa situation financière très saine, quasiment sans dette, lui permettrait de réaliser l’opération dans tous les cas de figure, quitte à mobiliser au besoin les 9% que le groupe possède toujours dans le capital de Sanofi.Une annulation ultérieure des titres impliquerait une forte relution dont la famille serait la première bénéficiaire.Reste à savoir ce que Nestlé ferait du produit de cession, sachant qu’il a déjà lancé un programme de rachat d’actions pour 20 milliards de francs suisses.En profiterait-il pour acquérir un actif majeur pour relancer une croissance poussive ? Le secteur de la nutrition médicale est souvent cité par les analystes.

Sur le même sujet

A lire aussi