La chronique de l'actualité

Mauvaise passe pour Elon Musk

le 02/09/2016

Le coup est rude pour Elon Musk : le fondateur de SpaceX a vu son business le plus prometteur, le lancement de satellites à bas coûts, subir hier un revers majeur.

Une explosion a détruit une fusée Falcon 9 sur le pas de tir de Cap Canaveral, en Floride. C’est le second indicent du genre en 14 mois.

Or le premier avait entrainé six mois de suspension des activités. Une nouvelle suspension pourrait mettre en péril le lancement attendu de son nouveau lanceur lourd, prévu pour la fin de l’année.

Le flamboyant entrepreneur n’avait pas besoin de cet échec. Car son autre grand business, la construction de berlines électriques, accumulent les déboires inquiétants.

En perte récurrente depuis 13 trimestres consécutifs, Tesla a brûlé 3 milliards de cash en deux ans.

Après 300 millions de dollars de nouvelles pertes au printemps, et malgré 1,7 milliard de dollars de capital levé en mai, il a annoncé devoir reprendre sa quête d’argent frais avant la fin de l’année.

Or Tesla a vu lui aussi la fiabilité de ses technologies contestée. Deux accidents coup sur coup, l’un mortel aux Etats-Unis et un autre moins grave en Chine, ont mis en cause son système de pilotage automatique.

Par ailleurs Tesla s’est lancé dans le sauvetage inattendu d’un producteur de panneaux solaires, SolarCity. Or il possède à peu près 20% du capital des deux sociétés.

Son intérêt personnel dans l’opération ne fait dès lors guère de doute, d’autant moins que la direction de SolarCity est assurée par deux de ses cousins.

Une offre à près de 3 milliards de dollars a donc été déposée. Et chacun de se demander si elle est justifiée par autre chose que ses liens capitalistiques et familiaux, et surtout si Tesla en a vraiment les moyens.

Philippe Mudry, Directeur Général - L'AGEFI

A lire aussi