La chronique de l'actualité

Le secteur des TMT a réveillé la cote en 2015

le 19/02/2016

Philippe Mudry

Depuis 2009, la Bourse de Paris n’a guère été animée par les offres publiques, qu’elles soient d’achat, d’échange ou de retrait.

2015 a marqué leur grand retour, en volume sinon en nombre, et c’est au secteur des TMT, les technologiques médias et télécoms, qu’il est revenu de réveiller la Place  française.

En nombre donc, avec 31 opérations, 2015 n’a pas été qu’un cru médiocre, en baisse par rapport aux années précédentes.

Mais comme le relève l’étude annuelle de Ricol Lasteyrie, membre du réseau EY, le dynamisme du marché se marque surtout par le volume des opérations constatées.

Il a atteint près de 30 milliards d’euros, plus de 9 fois le volume de 2014 et un record depuis que l’étude existe.

Cela s’explique par quelques opérations de grande envergure.

Citons l’OPE d’Holcim sur Lafarge, l’offre de rachat d’Alstom sur ses actions ou l’opération phare du secteur télécoms l’an dernier, l’OPE de Nokia sur Alcatel-Lucent.

Le secteur des TMT a d’ailleurs été au cœur de la restructuration capitalistique en Bourse l’an dernier, avec 14 opérations, marquant une nouvelle consolidation des SSII.

Et quels que soit les secteurs, les opérations ont été caractérisées par leur nature moins financière qu’industrielle, à l’exemple des rachats de Norbert Dentressangle ou Montupet par exemple.

Autres éléments à noter, les primes de contrôle sont restées sages, de 15% seulement en moyenne sur le dernier cours avant l’annonce.

Quant aux sociétés concernées, elles en ont moins profité pour déguerpir d’une cote qui a déjà tendance à se réduire comme peau de chagrin.

Reste à savoir si ce regain d’activité se confirmera en 2016 dont les débuts chaotiques n’ont pas favorisé pour l’instant l’animation de la cote.

A lire aussi