La chronique de l'actualité

La rémission de Casino en Bourse reste à confirmer

le 09/02/2016

Philippe Mudry

Hier après-midi, un seul titre du SBF 120 était en hausse dans un marché d’humeur exécrable : Casino, pour cause de cession de sa filiale thaïlandaise pour 3,1 milliards d’euros hors dette.

Avec une hausse de 27% depuis son plus bas niveau de 34 euros touché en janvier, Casino signe ainsi un beau rebond.

A plus de 44 euros, l’action Casino est toute proche du cours qu’elle affichait avant l’attaque du fonds activiste Muddy Waters peu avant Noël. Mais il est encore trop tôt pour juger le distributeur tiré d’affaire.

La sortie de Thaïlande est un gros coup. L’actif figurait au premier rang des participations cessibles.

Sa réalisation répond aux attentes d’autant que le produit sera affecté au désendettement.

A 16 fois les résultats sur 12 mois à fin septembre 2015, le prix permettra de diviser la dette par près de deux.

Le bouclage du programme de 4 milliards de désendettement est à portée de main, peut-être avec une cession prochaine au Vietnam.

Mais deux éléments au moins portent à la prudence. D’abord pour l’heure seul Casino profite du désendettement.

Or une partie de la dette est portée par Rallye, sa maison-mère, dont la valeur d’actif net demeure proche de zéro et qui ne bénéficiera pas pour l’instant d’un dividende exceptionnel.

D’où une déconnexion des titres Rallye et Casino, le second progressant de plus de 2,5% hier tandis que sa maison mère baissait de 2%, confirmant sa médiocre performance depuis le choc de décembre.

Par ailleurs le marché attend de juger Casino à ses résultats dans un mois. L’enjeu est le redressement des marges, surtout en France.

L’agence Standard & Poor’s pourrait en faire un élément décisif pour ravaler ou non la dette de Casino au rang de « junk bonds ».

A lire aussi