Les salons de coiffure Provost et Dessange vont changer de mains

le 22/02/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les actionnaires de Provalliance sont entrés en négociations exclusives avec Core Equity, a appris L'Agefi.

Le métier de coiffeur a subi de plein fouet la fermeture administrative imposée lors du premier confinement mais n’est pas pour autant exsangue. Preuve en est, deux des plus grands groupes du secteur entendent tirer profit de l’éclaircie sanitaire pour orchestrer la remise à plat de leur actionnariat. A commencer par Provalliance, le groupe créé par l’emblématique coiffeur des stars, Franck Provost. A la tête d’une vingtaine de marques – dont l’enseigne éponyme, Jean Louis David, Saint Algue, Fabio Salsa et The Barber Company –, l’entreprise est sur le point d’être rachetée par Core Equity, à l’issue d’une enchère animée par la banque d’affaires Alantra, a appris L’Agefi. Ce fonds belge créé par quatre vétérans de la classe d’actifs provenant de Bain Capital n’en est pas à son premier coup dans l’Hexagone. Il avait pris le contrôle du leader tricolore de l’aménagement et de l’entretien ID Verde, il y a trois ans. Mais avec Provalliance, l’investisseur s’est attaqué à un morceau plus conséquent. Le groupe générerait en effet plus de 60 millions d’euros d’Ebitda, pour un volume d’affaires annuel de plus d’un milliard d’euros.

Franck Provost et ses enfants, Fabien et Olivia, étaient redevenus seuls maîtres à bord de Provalliance (avec le management) en 2017. Pour ce faire, ils avaient racheté la participation de 40% que détenait Chequers Capital – lequel avait lui-même acquis ces titres auprès de l’américain Regis Corporation, cinq ans plus tôt. La volonté de remanier la structure actionnariale est cependant revenue au centre des discussions il y a plus d'un an. Des bruits de marché avaient laissé entendre que des négociations avancées avaient été entamées avec TDR Capital.

Avec Core Equity aux commandes, Provalliance peut espérer redevenir la pierre angulaire de la consolidation du marché français. Le gérant belge aurait en effet des vues sur un autre géant de la coiffure tricolore : Jacques Dessange. Un intérêt qui intervient au moment où Eurazeo PME cherche à se défaire du groupe taillé par le spécialiste du coiffé-décoiffé. Selon nos informations, Macquarie Capital, représentée ici par l’ancien partner de Messier & Associés Fady Lahame, s’est vu confier un mandat pour trouver un nouvel acquéreur. L’urgence est de mise. La filiale d’Eurazeo est collée au groupe depuis 2008 et le précédent mandat de vente, qui avait été confié à Natixis Partners il y a quatre ans, n’avait pas donné satisfaction.

Sur le même sujet

A lire aussi