La décision de Twitter sur Donald Trump inquiète la Bourse

le 11/01/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

La décision de Twitter sur Donald Trump inquiète la Bourse
(DR)

L'action Twitter subit lundi les conséquences de l'annonce, vendredi, par le réseau social de la suspension pour une durée indéterminée du compte du président américain, Donald Trump. Cotée à la Bourse de Francfort, et en attendant l’ouverture du Nasdaq, l’action chute de 6,2% à 13 heures. Egalement coté à Francfort, Facebook, propriétaire également d'Instragram, perd un peu plus de 1%.

Pour les investisseurs, la décision de Twitter avive le débat sur un possible durcissement des réseaux sociaux et des plateformes internet aux Etats-Unis. Des voix se sont élevées, y compris dans le camp démocrate, contre une possible atteinte à la liberté d'expression.

« Nous comprenons le désir de suspendre (le président), mais tout le monde devrait s'inquiéter quand ces entreprises ont le pouvoir de retirer des personnes de leurs plateformes qui sont devenues indispensables à l'expression de milliards d'individus », a également commenté Kate Ruane de l’association de défense des droits civiques (ACLU).

Jeudi, Facebook et d'autres services comme Snapchat ou Twitch ont aussi suspendu le profil du locataire de la Maison Blanche pour une durée indéterminée.

88 millions d'abonnés

Mais la décision de Twitter est plus forte, Donald Trump ayant fait du fil au petit oiseau bleu son principal outil de communication. @realDonaldTrump était suivi par plus de 88 millions de personnes. Donald Trump est le premier chef d'Etat à se voir ainsi banni du réseau social.

Twitter a expliqué avoir pris cette décision en raison d'un « risque d'une nouvelle incitation à la violence » à la suite de l'assaut sur le Capitole à Washington lancé par des partisans du président.

« Nous ne serons pas réduits au silence », a protesté l'intéressé via le compte officiel POTUS (Président des Etats-Unis), à l'attention des « 75 millions de patriotes » qui ont voté pour lui.

Il a évoqué des représailles contre le réseau qui « interdit la liberté d'expression » et le possible lancement de sa propre plateforme dans un futur proche, à travers une série de messages immédiatement retirés par Twitter.

Sur le même sujet

A lire aussi