Thyssenkrupp revoit radicalement son projet de réorganisation

le 13/05/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Tablant sur un veto de Bruxelles pour sa coentreprise avec Tata Steel, le conglomérat veut désormais mettre en Bourse ses ascenseurs.

Le président du directoire de Thyssenkrupp, Guido Kerkhoff, en 2019.
Le président du directoire, Guido Kerkhoff, pourrait devoir expliquer pourquoi la stratégie élaborée huit mois plus tôt n’a pas fonctionné. Il envisage aussi de supprimer 6.000 emplois, soit 4% des effectifs, dont 4.000 outre-Rhin.
(Thyssenkrupp)
La scission de Thyssenkrupp n’aura pas lieu. A la suite d’une discussion avec la Commission européenne, le conglomérat industriel a estimé, vendredi, que la coentreprise prévue avec l’indien Tata Steel dans l’acier sur le Vieux Continent ne pourrait pas voir le jour malgré les concessions...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi