Slack envisage une cotation directe comme Spotify

le 11/01/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Slack envisage une cotation directe comme Spotify
(Bloomberg)

Slack Technologies prévoirait d'entrer en Bourse à Wall Street au moyen d'une cotation directe, comme l'a fait Spotify avant lui en avril 2018, ont indiqué au Wall Street Journal des personnes proches du dossier. L'opération devrait avoir lieu au deuxième trimestre, mais le projet d'une cotation directe peut encore évoluer, ont indiqué ces personnes.

Avec une cotation directe, l'entreprise de messagerie instantanée contournerait le processus classique d'introduction en Bourse, qui implique de placer au préalable des titres auprès d'investisseurs pour fixer le cours d'introduction, laissant davantage de place au marché pour définir sa valorisation. Le recours à cette technique reste rare car elle ne permet pas de lever des fonds. Le géant de la musique en ligne Spotify est la seule entreprise d'envergure à avoir utilisé cette procédure lors de son introduction réussie l'an dernier sur le New York Stock Exchange.

Pour les entreprises qui n'ont pas de besoins immédiats de liquidités, la cotation directe permet d'économiser les frais d'introduction et d'éviter d'imposer des lock-up aux actionnaires existants, qui les empêchent de vendre leurs titres pendant une période donnée.

Slack pense pouvoir obtenir une valorisation nettement supérieure à 7 milliards de dollars, ont indiqué les personnes proches du dossier. La société a levé en août dernier 427 millions de dollars auprès de Dragoneer Investment Group et General Atlantic sur la base d'une valorisation de 7,1 milliards de dollars. La messagerie Slack compte plus de 8 millions d'utilisateurs actifs par jour et 3 millions d'utilisateurs payants.

Pour l'accompagner dans son processus d'introduction en Bourse, la société a sélectionné Goldman Sachs, Morgan Stanley et Allen & Co, qui avaient également conseillé Spotify sur sa cotation directe. Si une introduction de ce type rapporte moins qu'une IPO classique, les trois banques avaient tout de même touché 36 millions de dollars de la part de Spotify pour leurs conseils.

Sur le même sujet

A lire aussi