Les vendeurs à découvert sur Casino appellent à couper le dividende

le 31/10/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Le siège de Casino à Saint Etienne
Le siège de Casino à Saint Etienne
(RK)

Les fonds ayant accumulé ces dernières semaines des positions à découvert sur Casino et sa maison-mère Rallye interpellent publiquement le conseil d’administration du groupe de distribution. Dans une lettre rédigée et publiée sur internet par leur conseil Sophie Vermeille, ces fonds, essentiellement des vendeurs à découvert de dette Rallye via des CDS, appellent les administrateurs «à ne pas voter prochainement la distribution d’un acompte sur dividende, compte tenu de la situation du groupe Casino». Les clients de l’avocate expliquent que «les flux de trésorerie du périmètre France de Casino sont virtuellement nuls post coût d’endettement et ne permettent pas de procéder à une distribution de dividende, encore moins à un acompte».

Casino avait versé en décembre 2017 un acompte sur dividende de 1,56 euro par action, soit la moitié du coupon versé au titre des résultats 2017. Cet acompte représentait une dépense de 173 millions d’euros. Au total, en ajoutant acompte et solde, Casino a ainsi payé 3,12 euro par action, soit 350 millions d’euros de dividendes au titre de 2017. A 3,12 euros par action, le montant du dividende est inchangé depuis 2013.

«Si le conseil d’administration (de Casino, NDLR) approuvait un dividende pour l’année 2018, comparable à 2017, c’est plus de 11% de la capitalisation boursière de Casino qui serait distribuée aux actionnaires», ajoute le courrier.

«Lors de la présentation des chiffres du troisième trimestre, le groupe a rappelé qu'il versait un acompte sur dividende depuis plusieurs années et qu'il était traditionnellement versé en décembre», déclare un porte-parole de Casino, précisant qu'un tel acompte serait versé comme pour toutes les sociétés sur la base des résultats. Le programme de réduction d'un milliard de la dette du groupe cette année tient compte du versement éventuel du dividende, ajoute-t-il. «C'est une lettre écrite au nom des vendeurs à découvert de Casino. Quand vous êtes vendeur à découvert, s'il y a un dividende, vous devez le payer, donc bien sûr qu'ils sont contre», souligne le porte-parole. Un argument qui ne vaut que pour les vendeurs à découvert d'actions.

Une suspension ou une coupe importante du dividende aggraverait les tensions chez Rallye. Les remontées de dividendes de Casino constituent l’unique ressource financière de la holding. En 2017, Rallye, actionnaire de contrôle de Casino avec 51,75% du capital, a touché 177 millions d’euros de dividendes de sa filiale. Une somme qui couvrait tout juste ses charges financières (119 millions d’euros), ses frais généraux (14 millions) et les dividendes versés en cash aux actionnaires de Rallye (15 millions en 2017, sachant que 53 millions d’euros ont été payés en actions Rallye).

En milieu de journée, le cours de l’action Casino gagnait 1,67% à 40,12 euros. Rallye cédait 0,51% à 9,58 euros.

Sur le même sujet

A lire aussi