Le dividende de GE devient intenable

le 30/10/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Pour sa première présentation de résultats, Lawrence Culp, le nouveau PDG du conglomérat, devrait annoncer aujourd'hui une coupe dans le dividende.

GE Capital General Electric
GE a toujours payé un dividende à ses actionnaires au cours des cent dernières années.
(Bloomberg)

H. Lawrence Culp va se jeter à l’eau. Après avoir demandé quelques jours supplémentaires pour se faire une idée plus précise de la situation du groupe, le nouveau PDG de General Electric commentera en début d’après-midi (heure de Paris) ses premiers résultats trimestriels.

Les mauvaises nouvelles ont été en grande partie déjà pré-annoncées le 1er octobre, lors du limogeage de l’ancien PDG John Flannery. Le conglomérat avait prévenu qu’il inscrirait 23 milliards de dollars de dépréciations d’actifs dans ses comptes trimestriels en raison de difficultés de sa division de fabrication de turbines énergétiques. Les objectifs financiers pour 2018 avaient également été abandonnés. Mais Lawrence Culp pourrait aller plus loin aujourd’hui : le consensus d’analystes s’attend à une nouvelle coupe dans le dividende, alors que GE l’a déjà divisé par deux en novembre 2017. Le coupon trimestriel versé depuis la fin d’année dernière n’est plus que de 12 cents par action.

Equation financière
insoluble

Certains analystes et investisseurs n’excluent pas une suppression pure et simple. Une telle décision serait historique : GE a toujours payé un dividende à ses actionnaires au cours des cent dernières années. Depuis 2000, le groupe a distribué plus de 150 milliards de dollars en dividendes à ses actionnaires. Rien qu’en 2017, GE leur a versé 8 milliards de dollars, auxquels se sont ajoutés 4 milliards de dollars de rachats d’actions.

Selon les analystes de JPMorgan, le désendettement est le chantier prioritaire du nouveau PDG de GE. Ils calculent que compte tenu de ses 100 milliards de dollars d’engagements actuels, le groupe ne générera pas de cash-flows libres en 2019 dans sa configuration actuelle et devrait emprunter 4 milliards de dollars pour payer le dividende. Une équation insoluble.

Pour le troisième trimestre, le consensus d’analystes Thomson Reuters prévoit à un chiffre d’affaires de 29,9 milliards de dollars, quasiment 4 milliards de moins qu’un an auparavant. Le bénéfice par action ajusté est attendu à 20 cents contre 29 cents au troisième trimestre 2017.

Sur le même sujet

A lire aussi