Tesla subit le contrecoup de la plainte de la SEC visant Elon Musk

le 28/09/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Elon Musk, PDG de Tesla
Elon Musk, PDG de Tesla
(Bloomberg)

L’action Tesla perdait 12,5% à 269,5 dollars sur le Nasdaq vers 17h00 après la plainte au civil déposée hier contre son PDG par la Securities and Exchange Commission (SEC). Le gendarme boursier américain a accusé Elon Musk de fraude à la suite de ses tweets «faux et trompeurs» du mois dernier sur un possible rachat du constructeur de véhicules électriques suivi d'un retrait de la cote à 420 dollars par action. Le régulateur demande à la justice qu’Elon Musk soit interdit de fonctions dirigeantes dans toute société cotée.

«Mes actions ont toujours été dictées par la vérité, la transparence (...). L'intégrité est une valeur cardinale dans ma vie et les faits montreront que je ne me suis jamais comporté de la sorte», a assuré dans un communiqué Elon Musk, soutenu par son conseil d'administration.

Selon une information de la chaîne CNBC diffusée peu avant l'ouverture du marché, Elon Musk a refusé de payer une amende et de céder sa place à la tête de Tesla pendant deux ans dans le cadre de la proposition de règlement faite par la SEC. L'entrepreneur de 47 ans est l'un des responsables les plus connus de la Silicon Valley à être mis en cause par la puissante commission des opérations de Bourse. Son départ porterait un coup dur à Tesla, dont la capitalisation boursière de 46 milliards de dollars (39 milliards d'euros) doit beaucoup à la notoriété et à la qualité de visionnaire prêtée à son patron.

Selon l'autorité boursière, Elon Musk a annoncé un prix de 420 dollars par action sur la base d'une prime de 20% par rapport au cours de la clôture du jour et en référence au nombre 420, un code utilisé par les consommateurs de cannabis. La plainte cite des courriels et des textos échangés entre Elon Musk et des responsables de Tesla, dans lequel il estime que sa compagne, la chanteuse canadienne Grimes, «trouverait cela drôle, ce qui n'est certes pas une bonne raison de fixer un prix».

Sur le même sujet

A lire aussi