Icade promet la cotation de sa foncière santé à horizon 2020-2022

le 24/07/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La foncière dévoile son plan 2019-2022. Sa filiale santé part à la conquête de l’Europe pour en devenir l’acteur de référence.

Le siège d’Icade, à Open, Issy-les-Moulineaux
Icade veut créer une plate-forme leader en immobilier de santé en Europe continentale.
(Icade.fr)

Icade passe la vitesse supérieure. A l’occasion de ses résultats semestriels, la foncière a dévoilé son plan stratégique 2019-2022. Elle donne la priorité au développement.

En particulier pour la Foncière Santé. Icade annonce son développement à l’international avec l’ambition de créer une plate-forme leader en immobilier de santé en Europe continentale. «Nous comptons croître par acquisitions, essentiellement en Allemagne, en Italie et en Espagne, avec un objectif de 30% du portefeuille d’Icade Santé à l’international en 2022, contre 0% actuellement, précise à L'Agefi Victoire Aubry, membre du comité exécutif d’Icade en charge des finances, sans toutefois chiffrer l’enveloppe consacrée aux acquisitions. Parallèlement, nous allons accélérer notre diversification dans les Ehpad en France, dans le sillage des 14 établissements acquis au début du mois pour 189 millions d’euros auprès du réseau Résidalya.»

Et à horizon 2020-2022, Icade compte introduire en Bourse sa filiale santé. «Le calendrier est parfait pour cette cotation, qui permettra de valoriser au mieux ces actifs, et de répondre aux attentes des investisseurs, qui nous sollicitent depuis longtemps sur ce sujet. Icade Santé est déjà la première foncière de santé en Europe, elle deviendra la première SIIC de santé du continent», se félicite Victoire Aubry.

La promotion devra contribuer
à plus de 10% du cash-flow

Mais «notre cœur de métier demeure la foncière tertiaire, avec pour objectif de conforter notre leadership sur le Grand Paris et dans les grandes métropoles régionales, ajoute Victoire Aubry. Nous voulons dynamiser la rotation des actifs, notamment en accélérant la cession d’actifs matures, et en monétisant davantage nos réserves foncières».

Quant à son troisième métier, la promotion, Icade compte bien le conserver. «Cette activité est créatrice de valeur et rentable, capitalisant sur les synergies avec les deux autres métiers du groupe», ajoute Victoire Aubry. Toutefois son exposition sera toujours limitée à 10% maximum de ses fonds propres, pour un retour sur capitaux investis (RoE) d’environ 15%. La promotion devra contribuer à plus de 10% du cash-flow net courant (CFNC) sur 2019-2022. Sa contribution était de 9% au premier semestre, en doublement sur un an.

 «Nous sommes confiants sur le marché de bureaux, avec un volume annuel qui sera sans doute supérieur à celui de 2017, et avec une demande placée au plus haut depuis 2016. De plus, le Brexit devrait largement favoriser la Place parisienne, anticipe Victoire Aubry. Si la perspective des élections municipales pourrait peser sur la promotion, elle continue à profiter des récentes modifications législatives, notamment la prorogation du dispositif Pinel.»

Par ailleurs, Icade réaffirme sa politique financière, en maintenant un ratio d’endettement (LTV) autour de 40%. Il était de 41,8% fin juin. Sa politique de dividende reste inchangée, avec une croissance en ligne avec celle du CFNC.

Relèvement de l’objectif
de cash-flow 2018

Sur 2019-2022, Icade vise une croissance annuelle moyenne de 4,5% de son CFNC. Un rythme prudent alors que la filiale de la Caisse des dépôts vient de relever son objectif de croissance du CFNC pour 2018 à +6%, contre +5% annoncés auparavant, et a enregistré une hausse de 6,6% au premier semestre. «Depuis trois ans, nous bénéficions d’un effet rattrapage et de la baisse des taux, explique Victoire Aubry. Mais nos trois moteurs sont en marche et affichent une belle dynamique.» De fait, la foncière profite d’une légère baisse du coût de la dette à 1,56% (-3 points de base) pour une maturité allongée de 0,2 année à 6,7 ans. «Ce relèvement de perspective n’est pas surprenant, Icade nous ayant habitué, ces dernières années, à communiquer des premières perspectives prudentes, pour les relever en cours d’exercice, note Invest Securities. En 2022, sur la base des perspectives communiquées par le groupe, le cash-flow net courant par action devrait donc s’établir près de 6 euros par action, pour un dividende autour de 5,4 euros par action à politique de distribution inchangée.»

Au premier semestre, Icade a publié un résultat net récurrent de 156 millions d’euros, en hausse de 6,9%. Soit une hausse de 6,4% pour la foncière tertiaire, et de 7,9% pour la foncière santé. Le patrimoine du groupe est valorisé 11,4 milliards d’euros, en hausse de 5,3% par rapport à fin 2017. L’actif net réévalué (ANR) Epra triple net progresse de 2,1% en six mois à 86,6 euros par action. L’action Icade clôturait lundi à 82,50 euros, en recul de 1,32%.

Sur le même sujet

A lire aussi