La prise de conscience climatique monte dans les groupes

le 24/10/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'étude annuelle du Carbon Disclosure Project note les efforts en matière de stratégie sur les émissions de gaz à effet de serre, notamment à la demande des actionnaires.

La prise de conscience climatique monte dans les groupes
Le changement climatique s’invite à l’ordre du jour des conseils d'administration.
(Photo UN.)

Le climat devient plus stratégique pour les grandes entreprises. Selon l’étude annuelle dévoilée ce matin par l'ONG Carbon disclosure project (CDP), «un plus grand nombre d'entreprises planifient leur avenir bas carbone». Sur l'échantillon étudié, 89% d'entre elles ont ainsi rédigé des objectifs de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre pour 2017, 4 points de plus qu’en 2016. 68% ont des objectifs à l’horizon 2020 et au-delà, contre 55% en 2016. Plus important encore selon le CDP : 20% des sociétés de l’échantillon se sont assigné des objectifs pour 2030 et au-delà, contre 14% en 2016, ce qui va dans le sens d’un engagement sur la durée. Les objectifs annoncés représentent 31% des efforts requis pour respecter la trajectoire de l’Accord de Paris visant à maintenir sous 2 degrés du réchauffement climatique, indique le CDP.

«Le climat est désormais un sujet de conseil d'administration», apprécie le CDP, 98% des entreprises ayant «placé les responsabilités relatives au changement climatique au niveau du conseil d'administration ou de la direction». 90% ont mis en place des incitations financières récompensant l’atteinte des objectifs climatiques de l'entreprise.

Cette prise de conscience est notamment poussée par les grands actionnaires. «En tant qu’investisseurs, les recommandations du groupe de travail sur la transparence financière climatique» créé par le G20 et placé sous la direction du FSB «nous ont octroyé un mandat très puissant», rappelle dans le communiqué du CDP Steve Waygood, directeur du développement durable d’Aviva Investors : «c’est désormais aux entreprises qu’incombe de démontrer pourquoi le risque climatique n’est pas un problème».

Le CDP souligne toutefois que des efforts sont encore nécessaires. Sur les 1.829 sociétés de l’échantillon, seules 1.073 ont répondu à la demande de communication des données. En outre, seulement 14% des objectifs de l’échantillon reposent sur des éléments scientifiques établis allant dans le sens du respect de l’Accord de Paris. 30% de l’échantillon se dit toutefois prêt à adopter ce type d’objectifs scientifiquement établis d’ici à deux ans.

En attendant, sept groupes français obtiennent la note A, la meilleure, attribuée par CDP sur l’engagement climatique : Atos, Kering, Klepierre, L'Oréal, Schneider Electric, Sopra Steria et Suez. L’Oréal est la seule au monde, avec Unilever, à cumuler en plus une note A sur les problématiques de l’eau et de la déforestation.

Sur le même sujet

A lire aussi