Les risques de corruption demeurent négligés dans le M&A

le 13/10/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Pour 72% des multinationales sondées par Hogan Lovells, les équipes de conformité n’interviennent pas assez tôt en phase de due diligence.

Trop peu d’entreprises agissent pour se prémunir contre la fraude et la corruption lors d’opérations de fusions et acquisitions (M&A), montre un rapport publié cette semaine par le cabinet d’avocats Hogan Lovells. Rédigé à partir d’entretien menés auprès de 604 responsables de la compliance...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi