Europcar se trouve une nouvelle cible

le 24/04/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe de location serait favori de l’appel d’offres sur le loueur espagnol à bas prix Goldcar. L’opération pourrait dépasser le milliard d’euros.

Enseigne Europcar. Photo DR.

En octobre dernier, un mois avant d’être remercié par son actionnaire de référence Eurazeo, le patron d’Europcar Philippe Germond prévoyait de réactiver sa stratégie d’acquisitions pour renouer avec la croissance. Le numéro un européen de la location de véhicules serait, selon El Confidencial, le favori pour reprendre l’espagnol Goldcar.

En dehors d’Europcar, conseillé par Rothschild, poursuit le quotidien espagnol, les fonds Cinven, Carlyle, CVC et Advent participeraient à l’appel d’offres, organisé par Deutsche Bank. Profitant de cette concurrence, les propriétaires espéreraient une valeur d’entreprise de 1 voire 1,2 milliard d’euros, affirme El Confidencial, pour un Ebtida de 125 millions et un chiffre d’affaires de 240 millions environ. Selon Kepler Cheuvreux, il porte une dette de 450 millions d’euros, dont un prêt subordonné de 275 millions et une ligne renouvelable de 125 millions souscrite par une filiale.

Goldcar a été mis en vente début mars par son actionnaire principal, l’italien Investindustrial, qui détient 80% de son capital (le solde appartient aux fondateurs, les frères Alcaraz). La holding de la famille Bonomi en a pris le contrôle en 2014 pour 500 millions d’euros.

Goldcar présente une forte complémentarité avec Europcar, qui est déjà numéro un du marché espagnol avec une part de marché de 20%, principalement grâce à la location affaires : positionné sur les prix bas, Goldcar est solidement implanté dans la location de tourisme et affiche une part de marché globale de 6,6%, selon Oddo Midcap. Il jouit d’une présence importante au Portugal, en Italie et à Malte et a ouvert des agences au Maroc, en Croatie, en Grèce, en France et aux Pays-Bas.

Cette opération permettrait à Europcar d’alimenter sa croissance, alors qu’il a renoué avec les bénéfices en 2016 et s’est fixé des objectifs prudents pour 2017. De quoi donner du grain à moudre aux actionnaires, mécontents du parcours de l’action depuis l'introduction en Bourse en juin 2015. Introduite à 12,25 euros, elle cotait mercredi (la veille de la publication de l’information) à 9,6 euros. Elle s’est adjugée 3,4% jeudi et 1,8% vendredi, pour clore à 10,1 euros.

Si Kepler Cheuvreux appelle à la vigilance quant à l’effet de la transaction sur le ratio de levier d’Europcar (0,87 fin 2016), Oddo Midcap souligne la dynamique de croissance de Goldcar (croissance moyenne de l’EBE de 14% par an) et le fait que l’Europe du Sud est un «marché actuellement très porteur». En outre, «Europcar deviendrait l’un des premiers acteurs low-cost en Europe».

Sur le même sujet

A lire aussi