Les progrès de l’énergie décarbonée sont encore lents en Europe

le 03/04/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La production électrique des grandes «utilities» provient actuellement à 43% des combustibles fossiles, montre le dernier rapport de l'ONG CDP.

Les progrès de l’énergie décarbonée sont encore lents en Europe
La moitié environ des grands énergéticiens européens produisent encore plus de 20% de leur électricité à partir du charbon.
(Crédit European Union EP.)

Les grands fournisseurs européens d’électricité entretiennent une dépendance toujours significative aux combustibles fossiles. C’est l’une des principales conclusions du rapport annuel publié aujourd’hui par le CDP (ex-Carbon Disclosure Project), organisation non gouvernementale visant à évaluer l’impact des entreprises mondiales cotées en Bourse sur le changement climatique. Dans son étude consacrée cette année au secteur des «utilities», le CDP indique que les 14 énergéticiens analysés devraient collectivement dépasser de 14%, soit de 1,3 milliard de tonnes d’ici à 2050, le «budget carbone» requis pour maintenir la hausse de température en-dessous de 2°C.

Seulement trois sociétés (Verbund, SSE et Endesa) devraient être en mesure de respecter ce critère. A l’heure actuelle, la production électrique des grands fournisseurs européens émane à 43% des combustibles fossiles et environ la moitié d’entre eux produisent plus de 20% d’électricité à partir du charbon. Le secteur est en outre responsable d’un quart des émissions totales de gaz à effet de serre et il doit réduire ces émissions de plus des deux tiers d’ici à 2030 afin d’atteindre les objectifs fixés par les Accords de Paris.

Si la proportion des capacités de production dans les renouvelables est passée de 25% en 2010 à 32% l’an dernier pour les entreprises de l’échantillon, l’objectif d’une part minimum de 45% dans moins de 15 ans est loin d’être acquis. «Les prix du marché montrent que les sources d’énergie renouvelable comme l’énergie éolienne et solaire sont plus que jamais compétitives en termes de coûts et les fournisseurs d’électricité devraient miser sur le potentiel de forte croissance de ces technologies», commente Paul Simpson, directeur général du CDP.

Les progrès réalisés en matière de captation et de stockage du carbone sont de surcroît très limités, les «utilities» expliquant ce manque d’enthousiasme par des signaux réglementaires insuffisants et un prix du carbone insuffisamment élevé dans l’Union européenne. En matière de gouvernance, seule une entreprise de l’échantillon (Iberdrola) a mis en place pour son PDG un système de récompense sur le long terme fondé sur les données climatiques. Au total, Verbund, Iberdrola et Fortum sont considérées comme les plus performantes par rapport à leurs pairs en termes de données carbone, alors qu’Endesa, CEZ et RWE arrivent en queue du classement établi par le CDP.

Sur le même sujet

A lire aussi