L’Etat n’a pas intérêt à s’alléger maintenant au capital de Renault

le 23/03/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

L'Etat a toujours vocation à revendre la participation acquise dans Renault en 2015 mais les conditions de marché pour une telle opération ne sont pas encore réunies, a déclaré jeudi le ministre de l'Economie et des Finances, Michel Sapin. «L'Etat n'est pas monté pour l'éternité», a-t-il déclaré...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

A lire aussi