Les semi-conducteurs poursuivent leur concentration

le 03/11/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Broadcom, qui avait lancé l'an dernier la vague de M&A du secteur, va s’emparer de son concurrent Brocade pour 5,9 milliards de dollars.

Analytika préconise la structuration d’une offre de partage de l’information, préalable à toute analyse financière.

L’appétit pour la croissance externe est toujours aussi fort dans l’industrie des semi-conducteurs. L’acquisition par Broadcom de l’équipementier de réseaux Brocade Communications Systems, annoncée hier pour 5,9 milliards de dollars (5,3 milliards d’euros), incluant une reprise de dette de 400 millions, est certes moins spectaculaire que le rachat de NXP par Qualcomm, dévoilé la semaine dernière pour une valeur d’entreprise record de 47 milliards de dollars.

Mais cette nouvelle opération représente une étape supplémentaire dans la consolidation d’un secteur qui cherche des relais de croissance dans l’internet mobile, l’internet des objets ou l’informatique dématérialisée (cloud computing), tout en veillant à réduire ses coûts sous la pression de ses donneurs d’ordre.

Cette vague de M&A a d’ailleurs débuté voici 18 mois avec la prise de contrôle pour 37 milliards de dollars de Broadcom par Avago Technologies, qui a par la suite adopté le nom de la société acquise. Le groupe élargi, qui fabrique des puces utilisées notamment dans les iPhone d’Apple ou les décodeurs TV, dispose d’un siège social à Singapour et d’un autre à San José, en Californie, ville où se trouve aussi le siège de Brocade.

La transaction amicale, payée entièrement en numéraire, offre aux actionnaires de la cible un prix de 12,75 dollars par action qui fait ressortir une prime de 46,7% sur le cours de clôture de Brocade vendredi dernier, avant l’annonce par Bloomberg de discussions avancées entre les deux parties. Broadcom compte boucler l’opération au second semestre de son exercice 2016-2017 commencé le 1er novembre dernier.

Il cédera ensuite l'activité de réseaux IP de Brocade, «afin de ne pas être en concurrence directe avec nos clients qui vendent des commutateurs utilisés dans les centres de données», précise Hock Tan, directeur général de Broadcom. Les actifs à vendre proviendront principalement de la société Ruckus Wireless, tombée cette année dans le giron de Brocade pour 1,5 milliard de dollars.

Avec cette nouvelle acquisition qui lui permettra de se renforcer dans la fibre optique et le stockage de données, Broadcom devrait augmenter son excédent brut d’exploitation ajusté «d’environ 900 millions de dollars sur l’exercice 2018», souligne son directeur financier, Tom Krause, qui vise désormais une marge opérationnelle à long terme de 45%, contre un précédent objectif  de 40%. 

Sur le même sujet

A lire aussi