SoLocal met une partie de sa dette en défaut

le 23/06/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

SoLocal met une partie de sa dette en défaut
(DR)

SoLocal a sollicité la désignation d’un mandataire ad hoc pour l'assister dans une nouvelle procédure de restructuration de sa dette. Maître Frédéric Abitbol a été désigné par le tribunal de commerce de Nanterre. «Cette nomination permettra de faciliter l’obtention dans les meilleurs délais d’un accord équilibré prenant en compte les intérêts de l’ensemble des parties prenantes, dont les actionnaires et les créanciers», indique le groupe d'annuaires et de médias de proximité.

Cette nomination enclenche un cas de défaut au titre de la documentation qui régit les obligations garanties senior à échéance 2018 émises par PagesJaunes Finance & Co, ce qui a pour effet de déclencher l’exigibilité anticipée de ces obligations. Cette décision n'a pas d’effet sur la maturité de la dette financière du groupe SoLocal, qui n’est donc pas exigible par anticipation, précise le groupe.

SoLocal prévoit de proposer prochainement aux porteurs des obligations PagesJaunes Finance & Co, via une procédure de sollicitation de consentement, de devenir directement créanciers de la société SoLocal Group en se faisant attribuer la créance sous-jacente de même montant que PagesJaunes Finance & Co détient sur la société SoLocal Group et qui est nantie au profit des porteurs d’obligations.

Dans ce contexte, SoLocal prévient qu'il ne respectera probablement pas ses covenants bancaires à fin juin 2016 ni à fin septembre 2016. «Le niveau très élevé de la dette financière limite fortement la capacité du groupe à réaliser les investissements nécessaires à l’accélération de sa croissance digitale», indique SoLocal. «Ces éléments, combinés au fait que la capacité de SoLocal Group de rembourser ses dettes financières à leurs échéances contractuelles de mars et de juin 2018 est extrêmement improbable, rendent impérative une réduction drastique de la dette financière», ajoute la société.

Sur le même sujet

A lire aussi