Les actionnaires de Renault infligent un camouflet à Carlos Ghosn

le 02/05/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

En votant contre, l'Etat a pesé dans le premier rejet de rémunération d’un dirigeant en AG en France. Mais le conseil d'administration n'a pas tenu compte de ce vote consultatif.

Carlos Ghosn, PDG du Groupe Renault, lors de l’Assemblée Générale des actionnaires 2016.
Carlos Ghosn, PDG du Groupe Renault, lors de l’Assemblée Générale des actionnaires 2016.
(Crédit Renault.)

C’est une première en France. Les actionnaires de Renault, réunis vendredi en assemblée générale (AG), ont majoritairement rejeté la rémunération attribuée à son président-directeur général Carlos Ghosn au titre de l’année 2015 (lire le détail en encadré). Ils se sont prononcés contre à 54,08%, tandis que 45,88% ont voté en sa faveur et le reliquat s’est abstenu.

Cet avis n’est que consultatif, mais il oblige néanmoins le conseil d’administration à se justifier. Immédiatement après ce camouflet, le président du comité des rémunérations du constructeur – l’administrateur indépendant Patrick Thomas – a indiqué que le comité se réunirait avec le conseil d’administration « pour examiner le détail de ce vote et analyser sa signification » et qu’un communiqué serait diffusé à l’issue de cette réunion. « Sur proposition de son comité des rémunérations, le conseil d'administration de Renault a approuvé le maintien de la rémunération décidée pour le président-directeur général pour l’année 2015. [...] Le conseil d’administration a chargé le comité des rémunérations de la mission d’examiner les évolutions utiles de la structure de rémunération pour les années 2016 et suivantes », a répondu le conseil d’administration à l’issue de cette réunion, justifiant sa décision par la « qualité des résultats de l’année 2015 » de Renault, en avance de deux ans sur le plan 2016 « Drive the change ».

Renault n’a pas retenu la leçon

L’Etat, qui détient désormais 26,05% des droits de vote de Renault en vertu de l'application de la loi Florange, a voté contre la résolution, réaffirmant ainsi les positions exprimées précédemment sur les rémunérations des dirigeants des sociétés dont il est actionnaire, comme à l’occasion de l’AG du constructeur PSA.

Les administrateurs de Renault n’auront visiblement pas retenu la leçon déjà infligée par les actionnaires du groupe au losange les deux années précédentes. A l’occasion de l’assemblée de 2015, le say-on-pay sur la rémunération de Carlos Ghosn pour 2014 – qui avait bondi de 170% par rapport à l’année précédente  – n’avait obtenu que 58,33% d’approbation. Lors de l’AG 2014, il avait déjà enregistré le plus mauvais score des grandes entreprises françaises, avec seulement 64% de votes favorables. L’Etat s’y était d’ailleurs opposé à l’occasion de ces deux AG.

Les conventions avec l’Etat et Nissan
fortement contestées

Si l’ensemble des autres résolutions a été adopté, Carlos Ghosn a toutefois subi d’autres déconvenues, et non des moindres : les deux résolutions relatives à la convention qui régit les relations entre l’Etat et Renault et à celle entre Renault et Nissan, signées en décembre dernier après plusieurs mois de fortes tensions, ont été approuvées avec des scores relativement modestes au regard de leur importance pour l’avenir du groupe et de l’alliance Renault-Nissan et sachant que l’Etat y était favorable : la convention avec l’Etat n’a recueilli que 73,26% de suffrages, tandis que le nouvel accord avec le constructeur japonais n’a été adoptée qu’à 84,27%.

L’agence de conseil en vote en AG Proxinvest avait annoncé il y a 15 jours qu’elle s’opposerait à ces deux résolutions, les qualifiant de « hold-up » de Carlos Ghosn sur tous les leviers de commande de l’Alliance en le rendant « irrévocable ». Le paradoxe est que la convention signée avec Renault prive concrètement l'Etat de son droit de vote double sur le vote de la rémunération de Carlos Ghosn et sur le vote de l'attribution des plans d'options ou d'actions.

Le PDG double la mise grâce à Nissan

La rémunération de Carlos Ghosn chez Renault pour 2015 atteint 7,25 millions d’euros (+0,49% par rapport à 2014), dont 1,74 million en numéraire. L’enveloppe se compose d’une part fixe (1,23 million), d’une part variable (145% du fixe) et d’actions de performance valorisées 4,18 millions et attribuables sous conditions. Le dirigeant reçoit immédiatement 25% du variable, le solde étant converti en actions acquises en 2020.
Mais en qualité de PDG de Nissan, Carlos Ghosn sera aussi fortement doté. Pour l'exercice clos en mars 2015, il avait touché l'équivalent de 8,2 millions d’euros. Il a longtemps refusé de publier la rémunération perçue du groupe japonais. Elle sera communiquée en juin.

L’assemblée générale du groupe Renault a eu lieu le vendredi 29 avril 2016.
ZOOM
L’assemblée générale du groupe Renault a eu lieu le vendredi 29 avril 2016.

A lire aussi