Tesco s’apprête à céder sa filiale coréenne pour près de 6 milliards d’euros

le 03/09/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le distributeur britannique vient d’entrer en négociations exclusives avec le fonds asiatique MBK Partners, qui offrirait un prix plus élevé qu’attendu.

La cession de Homeplus, filiale sud-coréenne de Tesco, avance à grands pas. Le distributeur britannique vient d’entrer en négociations exclusives avec le fonds asiatique MBK Partners, selon Bloomberg. Dans le cadre du dernier tour de table, Tesco avait reçu en début de semaine dernière, deux autres offres engageantes, émanant de Carlyle Group et d’un consortium réunissant Affinity Equity Partners et KKR.

MBK offrirait 7.800 milliards de wons (5,8 milliards d’euros), une proposition supérieure aux 7.000 milliards de wons évoqués la semaine dernière. Le fonds asiatique n’agirait pas seul et bénéficierait du soutien du fonds de pension sud-coréen (National Pension Service), de Temasek le fonds de pension de Singapour, et du fonds de pension canadien, selon le Financial Times.

Avec plus de 900 magasins, Homeplus dégage un chiffre d’affaires annuel de plus de 7 milliards de dollars, et occupe la deuxième place en Corée du Sud avec une part de marché d’environ 25%. Toutefois, contrainte par une législation protégeant les commerces de quartier, l’activité avait souffert sur l’exercice 2014-2015 clos fin février, avec un recul de 4% des ventes à 8.600 milliards de wons (6,4 milliards d’euros) et une perte nette de 300 milliards de wons (225 millions d’euros), contre un bénéfice de 463 milliards l’année précédente.

Cette cession doit permettre à Tesco d’assainir son bilan. Le groupe affichait une dette nette de 8,5 milliards de livres fin février, et avait été dégradé en catégorie spéculative en janvier par Moody’s et S&P. Le distributeur britannique a été fortement secoué l’an dernier par des fraudes comptables et par une série d’avertissements sur résultats en raison d’une féroce guerre des prix sur son marché domestique, avant de dévoiler une perte historique de 6,4 milliards de livres sur 2014-2015. Tesco avait dû passer 7 milliards de livres de dépréciations, dont 4,7 milliards sur ses supermarchés. Le 7 octobre prochain le distributeur britannique publiera ses résultats, qui risquent d’être encore difficiles. «Les pertes de parts de marché, qui semblaient s’atténuer en début d’année, s’accélèrent à nouveau», note Credit Suisse.

Par ailleurs, Tesco cherche toujours à céder une participation majoritaire de Dunnhumby, l’opérateur de son programme de fidélité, valorisé entre 800 millions et 2 milliards de livres par les analystes. Là encore, de nombreux fonds d’investissement sont sur les rangs.

A lire aussi