CMA CGM renforce ses liens financiers et industriels avec la Chine

le 01/07/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’armateur français signera aujourd’hui un accord de financement d’un milliard de dollars avec Cexim et un projet de co-investissement avec CMIH.

CMA CGM renforce ses liens financiers et industriels avec la Chine

Présent depuis 1992 en Chine, CMA CGM signera aujourd’hui «deux partenariats économiques majeurs» avec ce pays, à l’occasion de la visite effectuée par le Premier ministre chinois Li Kequiang au siège marseillais de la société. Le premier accord, conclu avec la banque chinoise d’import-export (Cexim), porte sur le financement d’un milliard de dollars (895 millions d’euros) sous forme de prêts ou de garanties, qui sera accessible «pour les futures commandes de navires et de conteneurs passées en Chine», précise le communiqué publié hier par l’armateur français.

Le groupe «commande déjà l'essentiel de ses conteneurs au groupe chinois CIMC et fait appel depuis quelques années aux chantiers chinois pour la construction de certains porte-conteneurs», souligne-t-il. Il doit ainsi prendre livraison de trois navires au cours du second semestre 2015, «les plus grands du groupe CMA CGM et les plus grands jamais construits par des chantiers chinois». CMA CGM dispose à l'heure actuelle d’une très bonne implantation en Chine, avec 1.700 salariés répartis sur 74 bureaux et 25 provinces. Grâce à 71 lignes maritimes desservant 13 ports dans ce pays, il y détient une part de marché proche de 10% en volume dans le transport de marchandises par conteneurs.

Le second accord qui doit être paraphé concerne un partenariat noué avec l’opérateur portuaire China Merchants Holdings International (CMHI) dans le cadre de la «nouvelle route de la soie» («One Belt, One Road»), projet qui revêt pour Pékin une importance stratégique. Les deux entreprises vont «étudier et évaluer ensemble les opportunités d'investissement dans les ports et les infrastructures logistiques» liés à ce projet. En 2013, CMA CGM avait cédé à CMHI, pour un montant de 400 millions d'euros, 49% du capital de sa filiale Terminal Link, l’un des opérateurs du port de Marseille.

Avec cette «nouvelle route de la soie», la Chine envisage environ 300 projets de grands travaux reliant l'Asie à l'Europe par le biais de réseaux ferroviaires, routiers, électriques et de fibre optique, mais aussi d’infrastructures énergétiques et maritimes. Ce programme vise notamment à sécuriser les échanges commerciaux avec le reste du monde, son volet maritime allant jusqu'en Afrique et en Océanie. Grâce à ce projet, les échanges annuels de la Chine avec les pays concernés pourraient dépasser 2.500 milliards de dollars en une décennie.

A lire aussi