La trésorerie d’exploitation des grandes entreprises tend à se normaliser

le 23/11/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'indicateur de trésorerie globale publié par l'AFTE et COE-Rexecode rejoint son plus haut de l’été 2007, malgré des marges bancaires toujours haussières

L’enquête mensuelle AFTE-Coe-Rexecode conduite entre le 4 et le 17 novembre dernier auprès des grandes entreprises françaises indique pour la première fois depuis avril 2008 une quasi-normalisation de la situation perçue de leur trésorerie d’exploitation, avec un solde d’opinion en redressement de près de 8 points d’un mois sur l’autre pour s’établir à -0,8%, un niveau proche de l’équilibre.

Cette tendance est confortée par un solde d’opinion favorable de 14% concernant l’évolution de leur trésorerie globale, «au plus haut niveau depuis que l’enquête existe», à égalité avec le solde atteint en juillet 2007 (cf. graphique). L’amélioration de cet indicateur, visible par 34% des trésoriers interrogés, tient dans plus de neuf cas sur dix à l’évolution favorable des charges d’exploitation.

Si l’influence de la parité euro-dollar varie peu d’un mois sur l’autre avec un solde d’opinion de -5,8% contre -4% malgré l’appréciation de l’euro, le prix du pétrole préoccupe bien plus qu’en octobre les trésoriers puisque le solde d’opinion passe ici de -7,8% à -14,1%. Quant aux marges payées sur les crédits bancaires, elles restent en hausse «pour environ une entreprise sur cinq», relève l’AFTE, avec un solde d’opinion «qui connaît même une légère hausse pour la première fois depuis un an», malgré une recherche de financement jugée un peu moins difficile (-19% contre -21,2% en octobre).

Enfin, les délais de paiement poursuivent leur orientation à la baisse avec un solde d’opinion de 18,7% qui casse pour la première fois depuis juin 2009 le seuil de 20%, tout en restant éloigné du taux moyen de 10% visible entre 2005 et 2007.

A lire aussi