France Télécom réfléchit à une OPA sur l’égyptien ECMS

le 07/04/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Destinée à reprendre les 49 % que ne détient pas encore sa filiale MobiNil, l’opération coûterait environ 1,2 milliard d’euros

Pas à pas France Télécom (FTE) s’installe en Egypte. Ce week-end, l’opérateur français a fait part de l’arbitrage enjoignant à Orascom de lui céder avant le 10 avril ses 28,75 % de MobiNil. Une opération à 530 millions d’euros pour FTE qui lui permettra de détenir 100 % de MobiNil et devrait lui apporter 360 millions de chiffre d’affaires et 165 millions d’euros d’Ebitda par an. Toutefois, FTE compte pousser un peu plus ses pions dans le pays.

Selon une source proche contactée par L’Agefi, « le groupe réfléchit au lancement d’une OPA sur ECMS, même si la décision arbitrale ne l’y oblige pas ». De fait, si FTE va détenir 100 % de la holding MobiNil, cette dernière ne contrôle que 51 % de son unique actif, l’opérateur mobile ECMS (voir illustration).

FTE n’a pas souhaité faire de commentaire, s’en tenant à son communiqué évoquant des contacts avec les autorités boursières locales. Mais l’opération pourrait avoir du sens au vu de la rentabilité de la cible. Suite à l’annonce de la reprise des 28,75 % de MobiNil, CM-CIC parlait déjà d’un marché égyptien parmi les plus dynamiques du continent et notait le caractère « particulièrement rentable » de l’opérateur en pointant sa « marge d’Ebitda de 46 % contre 34 % pour France Télécom en 2008 ».

Reste à savoir ce que pourrait payer le français. Dans un communiqué, Orascom anticipe un transfert de la totalité de ses intérêts dans la galaxie MobiNil y compris sa part directe dans ECMS. Il évoque ainsi une base de 273 livres égyptienne l’action.

La source proche de FTE indique que le français serait plutôt disposé à verser une prime voisine de 25 % sur le dernier cours de 150 livres. Sur cette base, la facture de l’OPA s’élèverait pour lui à 1,2 milliard d’euros et le montant total déboursé à 1,73 milliard (en intégrant la reprise des 28,75 % d’Orascom dans MobiNil).

En échange de cet investissement, FTE aurait notamment la possibilité de recueillir la totalité des dividendes versés par ECMS, alors que son exposition n’était jusqu’ici que de 36,3 % (71,25 % de MobiNil qui détenait 51 % d’ECMS). Si l’on se base sur les dividendes moyens versés par l'égyptien depuis quatre ans (soit l’équivalent de 210 millions d’euros), FTE pourrait espérer capter grâce à ces deux opérations environ 134 millions d’euros de dividendes supplémentaires. Ce qui sous-tenderait un rendement de 7,7 %.

A lire aussi