La filiale de Total et Aramco lancera son « sukuk » avant la fin de l’année

le 12/10/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Cette obligation islamique de 1 milliard de dollars s’intègrera au plan de financement de 8,5 milliards dévoilé avant l’été pour la raffinerie de Djoubaïl

Le «sukuk» de Total et Aramco semble sur les rails. Simon Eedle, responsable des financements islamiques de CA CIB, a indiqué hier à Abou Dhabi que l’émission d’obligations islamiques de 1 milliard de dollars destinée à financer la raffinerie saoudienne de Djoubaïl devrait être lancée cette année.

Coentreprise, détenue par Total (37,5%) et Aramco (62,5%), la société Satorp avait prévu de longue date d’avoir recours à ce type de financement. Il y a un an, un porte-parole de Total en faisait déjà une option possible. Et en début d’année, Bloomberg évoquait des présentations aux investisseurs pour mars ou avril. Mais face aux difficultés des Etats du Golfe, le projet n’était pas sorti aussi vite que prévu. Tant et si bien que la Satorp a présenté en juin dernier un plan de financement n’intégrant pas directement de «sukuk».

Destiné à couvrir plus de 70% du coût total du projet (12 milliards de dollars), ce plan de plus de 8,5 milliards se base sur le soutien d’un fonds public local et de banques locales et internationales (voir illustration). La société en charge du projet avait tout de même pris soin de préciser que la tranche de quelque 1 milliard de «sponsor loan» pourrait ultérieurement être remplacée par une émission de «sukuk».

La reprise des marchés a donc incité les promoteurs à ressortir ce projet des cartons. CA CIB prévoit d’ailleurs des volumes de 10 milliards de dollars pour les émissions de «sukuks» dans le Golfe sur les six prochains mois.

Pour la Satorp, le rendez-vous suivant avec le marché se situera en 2011 ou 2012. Aramco prévoit d’en mettre 25% en Bourse, pour ramener sa participation au niveau de celle de Total.

A lire aussi