Les faillites en France devraient reculer cette année après le record de 2009

le 22/01/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Si les défaillances ont accentué leur baisse en décembre, elles n’ont pas retrouvé leur niveau d’avant la crise, constate le baromètre Coface

Malgré une amélioration en fin d’exercice, l’année 2009 restera une année noire pour les entreprises françaises avec 66.119 défaillances (+18%), selon l’observatoire de Coface. Néanmoins, la tendance du dernier trimestre marque la fin de la crise globale de crédit. En séquentiel, les défaillances ont reculé de 13% en décembre à 4.950, après -8% en novembre.

Parallèlement, le coût des faillites pour les fournisseurs (somme des encours fournisseurs des entreprises qui ont fait défaut) chute de 56% en décembre à 256 millions d’euros, soit une baisse de 39% en un mois. Néanmoins, le bilan reste très lourd puisqu’entre septembre 2008 et août 2009, l’encours fournisseurs (+82%) a progressé 3,5 fois plus vite que les défaillances (+24%) (voir graphe). En décembre 2009, les créances d’une entreprise défaillante étaient à la charge des fournisseurs à hauteur de 62 euros, et des banques pour 38 euros; contre un ratio de 41/59 pour une entreprise en bonne santé. «C’est un enseignement majeur de notre observatoire : le crédit interentreprises ne s’est pas arrêté pendant la crise, souligne Jérôme Cazes, directeur général de Coface. Le crédit fournisseur s’est même substitué à hauteur de 60% aux fonds propres manquants aux entreprises en défaut».

Le nombre d’emplois menacés a également reculé de 22% en séquentiel à 16.778. Mais, sur le seul second semestre 2009, 120.000 personnes ont eu leur emploi menacé.

«La baisse des défaillances devrait se confirmer de mois en mois, poursuit Jérôme Cazes. Malgré la forte hausse des créations d’entreprise, qui entraînera une multiplication des défaillances, l’année 2010 devrait enregistrer un recul du nombre des faillites par rapport à 2009».

A lire aussi