Les émergents en pointe sur les marchés de capitaux

le 06/09/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Avec sa levée record, Petrobras renforce un peu plus le poids des BRIC sur le primaire actions

Si le marché primaire actions est parvenu fin août à limiter son recul annuel à 10%, c’est avant tout aux pays émergents qu’il le doit. Avec des chutes de 45% en Europe et de 30% outre-Atlantique, Brésil, Russie, Inde et Chine ont offert au marché un amortisseur évident. Cette année, ils pèsent environ 30% du primaire actions, contre à peine plus de 11% il y a un an. Le bilan est similaire sur les seules augmentations de capital. Et la tendance ne semble pas vouloir s’inverser avec la levée de 75 milliards de dollars annoncée par Petrobras.

Après les multiples levées de fonds opérées cette année par des banques chinoises, le pétrolier brésilien a en effet pris le relais sur le marché primaire en officialisant vendredi l’augmentation de capital géante évoquée depuis plusieurs mois. Il espère placer 2,17 milliards d’actions ordinaires et 1,59 milliard de titres préférentiels. Ce qui laisse présager, aux cours actuels, une levée de 112 milliards de reais (65 milliards de dollars) et même de 75 milliards de dollars en intégrant la clause d’extension qui porte sur 564 millions d’actions supplémentaires.

Certes, comme il l’avait déjà dit, Petrobras n’utilise pas intégralement les autorisations octroyées au printemps par ses actionnaires. Elles lui offraient un potentiel de levée de 95 milliards de dollars.

Néanmoins, cette opération dilutive à hauteur de 30% et qui doit financer en partie un programme d’investissement de 224 milliards de dollars d’ici à 2014 apparaît un peu plus élevée que prévu. Si l’on exclut la tranche de 42,5 milliards de dollars qui sera souscrite par l’Etat en échange de 5 milliards de barils de réserve (à 8,51 dollars le baril), le placement destiné au public se situera entre 22,5 milliards et 32,5 milliards de dollars. Soit plus que les 25 milliards évoqués. Certains, comme UBS, pensaient même récemment que Petrobras pourrait se limiter à 12 milliards pour cette tranche.

La taille ne manque d’ailleurs pas d’alerter certains experts. Des analystes se demandent en effet si dans un environnement toujours volatil, le marché pourra absorber tous les titres offerts. La réponse sera connue le 23 septembre au moment de la fixation du prix. Ceci étant, l’ouverture dans le vert des titres Petrobras vendredi est un signe encourageant.

Côté statistiques, l’opération ne sera comptabilisée par les cabinets spécialisés qu’une fois réalisée. Mais nul ne doute qu’elle va donner un coup de fouet aux bilans annuels. De fait, elle équivaut à 26% des montants levés cette année dans le monde via des augmentations de capital et à près de 18% des volumes constatés sur le marché primaire actions.

Petrobras devrait par la même occasion réaliser la transaction de tous les records. Outre le fait qu’il constituera l’une des principales opérations jamais menées sur le marché primaire actions dans le monde (IPO et augmentations de capital confondues), ce placement sera aussi le plus important jamais réalisé sur les marchés émergents. Très loin devant les 22,1 milliards de dollars de l’IPO d’Agbank cet été (record mondial en matière d’entrée en Bourse), Petrobras distancera avec une marge encore plus grande ses concurrents des pays émergents sur le front des augmentations de capital. Pour l’heure, le record revient en effet à Vale avec 12 milliards de dollars levés en 2008.

A lire aussi