Les compagnies européennes resteront à la traîne dans le secteur aérien

le 08/06/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’Iata a relevé hier ses prévisions de résultats pour le secteur, mais elle a accru ses anticipations de pertes côté européen

La reprise économique est plus rapide que ne l’avait prévu l’Association internationale du transport aérien (Iata). Hier, l’association a considérablement relevé ses pronostics de résultats pour 2010. Oubliées les pertes de 2,8 milliards de dollars redoutées en mars. Désormais, c’est un bénéfice net de 2,5 milliards qui est espéré au niveau mondial.

Avec des croissances de trafic de 7,1% (+1,5 point par rapport à mars) sur les passagers et de 18,5% (+6,5 points) sur le cargo, l’activité devrait atteindre 545 milliards de dollars, soit 23 milliards de plus que prévu initialement. Un surplus qui devrait se retrouver à plus de 20% au niveau du résultat net grâce à des coefficients de remplissage en hausse (la demande progressera deux fois plus vite que les capacités) et à des factures de carburant maîtrisées. Avec un baril toujours vu à 79 dollars, l’inflation sur ce poste (de 132 à 140 milliards) reflète simplement la progression attendue de l’activité.

L’association alerte néanmoins sur le fait que cette reprise sera «asymétrique», avec de forts déséquilibres selon les régions (voir tableau). Croissance soutenue, fusions dans le secteur et rationalisations vont aider les compagnies américaines qui contribueront pratiquement à 70% de l’amélioration attendue des résultats au niveau mondial.

A l’opposé, l’Europe est la seule région pour laquelle l’Iata a abaissé ses pronostics par rapport à mars (de -2,2 à-2,8 milliards de dollars). Les explications sont multiples: panne de croissance, grèves, crise de l’euro et volcan islandais. Sur ce dernier point, l’Iata rappelle que les pertes de revenus ont atteint 1,8 milliard de dollars, dont 70% pour les compagnies européennes.

A lire aussi