Accor réalisera sa scission fin juin

le 25/02/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les actionnaires sont convoqués le 29 juin. Le pôle services entrera en Bourse début juillet

Conformément à son calendrier initial, Accor compte réaliser sa scission dès la fin juin. Après l’approbation par le conseil d’administration des modalités de la séparation des pôles hôtellerie et services, malgré l’opposition renouvelée du FSI, le projet sera soumis au vote des actionnaires le 29 juin 2010. La première cotation des services est attendue début juillet. Pour l’heure, le groupe s’est contenté de dévoiler la répartition de la dette nette entre les deux entités, 25% pour les services et 75% pour l’hôtellerie.

Cette allocation, conforme aux attentes du marché, vise à la fois l’optimisation de la structure de capital de chaque entité et le maintien d’une note «investment grade». Le groupe vise «BBB+» pour les services et «BBB-» pour l’hôtellerie. Hier, Fitch a confirmé sa note «BBB-» et levé sa surveillance au profit d’une perspective stable, tandis que S&P a réduit sa note de «BBB» à «BBB-» en conservant une surveillance négative.

Toutefois, le maintien de cette note suppose que le pôle hôtelier suive son programme de désendettement total. Sur 2010-2013, Accor prévoit de vendre 450 hôtels sur un parc de 1.600 hôtels en propriété ou en location fixe. Ces cessions, qui dégageront 1,6 milliard d’euros de cash, auront un impact de 2 milliards sur la dette nette. Pour 2010, l’objectif est fixé à 450 millions d’euros, dont un quart a déjà été réalisé. Accor doit également céder cette année sa participation de 49% dans Lucien Barrière, soit à des investisseurs institutionnels, soit dans le cadre d’une introduction en Bourse. «Nous en attendons de 500 à 700 millions d’euros», a précisé Gilles Pélisson, PDG d’Accor.

Chaque actionnaire d’Accor recevra 1 action Accor Services par action Accor SA détenue. Accor SA demeurera le nom du pôle hôtellerie, tandis que le pôle services sera renommé avant son entrée en Bourse en juillet. Son prospectus devrait être disponible dès la fin mai. Avec une capitalisation attendue autour de 5 milliards d’euros, le pôle hôtellerie pourrait se maintenir au sein du CAC 40. Deutsche Bank, Rothschild et JPMorgan conseillent le groupe.

Numéro 5 mondial de l’hôtellerie en nombre de chambres, Accor vise à moyen terme de devenir numéro 3, par la poursuite de son programme de développement (ouverture de 35 à 40.000 chambres par an) majoritairement en contrats de management et en franchises, tout en accélérant sa stratégie d’«asset right», avec pour objectif d’avoir en 2013 un parc à plus de 70% en contrats de gestion, franchises, ou loyers variables, contre 60% fin 2009.

Pour 2010, Accor reste très prudent. Le groupe constate seulement les premiers signes de stabilisation des taux d’occupation dans l’hôtellerie, mais la hausse du chômage en Europe pèsera sur la croissance du chiffre d’affaires des services.

En 2009, Accor a dégagé un résultat courant avant impôt de 448 millions d’euros (-49%), au-dessus du consensus. En revanche le résultat net tombe dans le rouge à -282 millions (+575 millions en 2009), sous l’effet des dépréciations d’actifs pour 387 millions, dont 113 millions sur Motel 6 et 100 millions sur Kadéos. Toutefois, «de nouvelles dépréciations d’actifs ne sont pas envisagées», a assuré Gilles Pélisson.

A lire aussi