L’alliance Renault-Nissan se trouve au cœur des débats

le 08/10/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La participation du constructeur français dans son homologue japonais pourrait passer sous les 40%, réactivant les droits de vote associés aux 15% détenus par Nissan dans Renault.

L’évolution des termes de l’alliance entre Renault et Nissan est sur toutes les lèvres. Plusieurs sources, au Japon comme en France, ont rapporté à la presse que le constructeur au losange pourrait réduire sa participation au capital de son confrère, afin de rééquilibrer les rapports entre les...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

A lire aussi