La scission d’E.ON se vide d’une grande partie de sa substance

le 11/09/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Face à l’hostilité du gouvernement, le groupe allemand va conserver ses centrales nucléaires en son sein et supporter leurs 16,6 milliards de passifs.

Avec son projet de scission, E.ON espérait redonner du souffle à son modèle économique. L’opposition de la classe politique a fait voler ses espoirs en éclat. Le producteur allemand d’électricité va devoir conserver en son sein ses centrales nucléaires qu’il comptait initialement placer, avec ses...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

A lire aussi