La coopérative Terrena va s'offrir le contrôle du volailler Doux

le 20/05/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'investisseur Didier Calmels s'apprête à céder sa participation de 52,5%. Sofiprotéol accompagne Terrena dans cette opération.

Quasiment trois ans après son placement en redressement judiciaire, le volailler Doux va changer de mains. La coopérative Terrena, associée à Sofiprotéol en tant qu'actionnaire minoritaire, s'apprête à reprendre la participation de 52,5% détenue par D&P Participations. La filiale d'investissement de la holding familiale de Didier Calmels avait racheté les créances de Barclays en 2013. Le solde du capital sera entre les mains du groupe saoudien Al Munajem (25%), principal client du volailler français, et de la famille Doux (22,5%). Le montant de la transaction n'a pas été communiqué.

Sous la houlette du manager de transition Arnaud Marion, qui devrait quitter la société, Doux a redressé la barre. En plus des mesures de restructuration, le volailler a été opportunément favorisé par l'évolution de la parité eurodollar. Le groupe réalise en effet 80% de son activité à l'export, principalement à destination du Moyen Orient. Doux, qui a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 457 millions d'euros, a également conservé une activité dans les produits élaborés, commercialisés principalement sous la marque «Père Dodu».

Cette santé retrouvée a attiré d'éventuels repreneurs ces derniers mois. Des acteurs brésiliens ont notamment regardé le dossier. Le groupe mise cette année sur un chiffre d'affaires de 530 millions d'euros, avec une croissance prévisionnelle des volumes de 8% à 10%. «Par ce projet, les partenaires entendent tirer parti d'un marché de la volaille en croissance porté par une consommation mondiale dynamique, et contribuer à la croissance d'une filière volaille compétitive à l'export et créatrice de valeur pour les éleveurs français», souligne un communiqué conjoint.

Terrena intervient dans la filière au travers de Gastronome (marque Douce France, fermiers d'Ancenis), qui est le numéro deux du marché français avec un chiffre d'affaires de 850 millions d'euros, ainsi que via une participation de 45% dans le capital de Fermiers du Sud Ouest (marque Saint Sever). Un projet de rapprochement entre le groupe Doux et Tilly-Sabco n'avait pas abouti l'an dernier.

A lire aussi