L'Etat clarifie sa position vis-à-vis de Renault

le 16/04/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

L'Etat veut peser dans Renault mais ne souhaite pas diriger le constructeur automobile à la place de ses dirigeants, a déclaré le ministre français des Finances Michel Sapin. Selon une source proche de Renault, le groupe a convoqué ce jeudi soir un conseil d'administration extraordinaire en réponse à la montée au capital de l'Etat, qui souhaite augmenter sa participation jusqu'à 19,74% du capital afin de s’assurer du rejet d'une résolution, soutenue par la direction et le conseil d’administration, supprimant l'attribution de droits de vote double lors de l'assemblée générale du 30 avril.

A lire aussi