Vivendi dénonce les tentatives de démantèlement du groupe

le 23/03/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Vivendi réagit lundi matin à la demande du fonds activiste américain, P. Schoenfeld Asset Management (PSAM), qui détient un peu moins de 1% du capital du groupe, de revoir à la hausse la politique de rémunération des actionnaires. Le groupe indique que la demande sera "examinée par le directoire" mais "tient à rappeler que la plupart des actionnaires rencontrés récemment par le management de Vivendi privilégie une stratégie de moyen terme permettant au groupe de créer de la valeur à travers une politique de développement interne et externe ambitieuse". Selon le groupe, "le retour prévu aux actionnaires, d’un montant total de 5,7 milliards d'euros, leur apparaît bien calibré en équilibrant la distribution d’un dividende de 1 euro pendant trois ans et un rachat d’actions potentiel de 2,7 milliards à un cours maximum de 20 euros".

PSAM n'en est pas à sa première demande. Vivendi révèle avoir reçu "le 22 décembre dernier un courrier de PSAM, demandant la vente d’Universal Music Group (UMG)" et indique l'avoir examinée. Lors d'une conférence à Londres le 17 mars dernier, Arnaud de Puyfontaine, le président du directoire de Vivendi, a toutefois rappelé la position du conseil de surveillance: UMG "n’est pas à vendre et constitue, avec Groupe Canal+, les piliers stratégiques de la construction d’un grand groupe de médias et de contenus". Le directoire dénonce lundi matin "les tentatives de démantèlement du groupe Vivendi".

A lire aussi