Holcim-Lafarge recherche son futur directeur général

le 23/03/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La fusion entre les cimentiers français et suisse est attendue pour le mois de juillet. Bruno Lafont renonce au poste de DG pour sauver le mariage.

Lafarge et Holcim se marieront bien, mais Bruno Lafont, PDG de Lafarge et initiateur de ce rapprochement, en sera la victime expiatoire. Alors qu’il devait prendre la direction générale du nouveau géant mondial du ciment de plus de 40 milliards d’euros de capitalisation et de plus de 30 milliards d’euros de chiffre d’affaires, il devra se contenter du poste de coprésident non exécutif du conseil aux côtés de Wolfgang Reitzle, actuel président de Holcim, qui doit maintenant partager son siège.

«Mon attitude, depuis dimanche, c’est de montrer que les hommes ne doivent pas bloquer la réalisation de cette fusion», a déclaré Bruno Lafont. La partie suisse, et notamment Thomas Schmidheiny, premier actionnaire de Holcim à hauteur de 20,1%, n’apprécieraient pas le style de management de Bruno Lafont. A l’instar du dossier Saint-Gobain-Sika, les rapports franco-suisses semblent marqués par de fortes susceptibilités.

Le futur directeur général, non encore trouvé et qui pourrait venir tant de l’interne que de l’extérieur, sera proposé par le conseil de Lafarge et devra être accepté par le conseil de Holcim. Il prendra ses fonctions lors de la finalisation de l’opération, attendue en juillet 2015. Certains évoquent toujours le nom de Jean-Jacques Gauthier, actuel directeur financier de Lafarge. Son nom sera dévoilé au plus tard lors du dépôt de l’offre publique d’échange. Donc avant l’assemblée générale de Holcim, prévue autour du 7 mai, appelée à se prononcer sur l’offre d’échange.

En revanche, le cimentier se sort honorablement de la nouvelle parité d’échange de 0,9 action Holcim pour 1 action Lafarge, au lieu d’une action Holcim pour une action Lafarge prévu initialement. Si les deux partenaires s’accordaient à revoir la parité en raison des performances et des perspectives des deux groupes, le marché anticipait plutôt 0,87. Si le cours de Lafarge a repris vendredi 2,12% à 63,62 euros, il n’a pas encore atteint la parité du nouvel accord. Quoi qu’il en soit, le mariage «entre égaux» a fait long feu. Les actionnaires de Holcim détiendront environ 56% du nouveau groupe, contre 53% prévu initialement.

L’ensemble des actionnaires seront récompensés avec un dividende de 5%, soit 1 action nouvelle pour 20 actions détenues, versée après la finalisation de ce mariage. Si les deux fiancés avaient évoqué un retour, ils ne l’avaient pas encore chiffré.

A lire aussi