Le médiateur du crédit veut améliorer le dialogue des TPE avec leurs banques

le 18/03/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les TPE du BTP, de l’hôtellerie et du commerce peinent à accéder au crédit de trésorerie. La médiation fera un bilan sur les engagements de la FBF.

Les TPE peinent à accéder au crédit de trésorerie. Crédit Fotolia.

En 2014, la médiation du crédit a instruit 2.200 dossiers, pour un taux de réussite de 58%, soit 1.300 entreprises et 20.000 salariés confortés dans leur activité pour 370 millions d’euros d’encours débloqués. Les saisines ont reculé de 15% par rapport à 2012-2013, mais dans un contexte différent avec une offre de crédit soutenue par la politique de la BCE, la montée en puissance du CICE et de son préfinancement, et une demande de crédit peu dynamique. Une tendance qui se poursuit sur le début de l’année 2015.

L’accès des PME de plus de dix salariés au crédit bancaire s’est nettement amélioré l’an dernier: 79% des demandes de crédit de trésorerie et 93% des demandes de crédit d’investissement ont été satisfaites. En revanche, le diagnostic sur les TPE est plus mitigé, en particulier pour les secteurs du BTP, de l’hôtellerie-restauration et du commerce de proximité, qui ont pâti de l’absence de reprise économique. D’ailleurs, Bercy devrait dévoiler avant la fin juin des mesures de soutien au BTP, précise la médiation du crédit. Beaucoup de dossiers sont liés aux retards de paiement, qui ne diminuent pas. Un sujet sensible, d’autant que l’Observatoire des délais de paiement n’a plus de président depuis la démission de Jean-Hervé Lorenzi, et n’a pas publié son rapport 2014.

Fabrice Pesin, médiateur national du crédit depuis le 15 janvier, se fixe trois défis pour 2015. D’une part, suivre l’impact de l’assouplissement quantitatif de la BCE sur tous les segments d’entreprises, quelle que soit leur taille. D’autre part, améliorer le dialogue entre les banques et les TPE, qui peinent à accéder au crédit de trésorerie. Les TPE «usent et parfois abusent du découvert, très coûteux, autour de 9%», précise Fabrice Pesin. Enfin, la médiation établira en cours d’année un bilan sur l’application des bonnes pratiques auxquelles s’est engagée la FBF en juin 2014: répondre sous 15 jours à toute demande de financement, expliquer oralement le refus de crédit, préciser les voies de recours (notamment la saisine de la médiation du crédit), mieux informer sur le financement de la trésorerie, et favoriser une plus grande stabilité des chargés de clientèle.

Face à la faiblesse des fonds propres des PME pour obtenir un crédit, la médiation propose comme solutions de réintégrer les actifs immobiliers dans l’exploitation alors qu’ils sont souvent placés dans une SCI, ou de faire appel à une société de cautionnement.

A lire aussi