Ricol Lasteyrie s’adosse à EY pour créer un acteur intégré du conseil corporate

le 16/03/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe d’audit a annoncé avoir pris une participation majoritaire dans le spécialiste de l’évaluation financière et du conseil corporate.

La réforme européenne de l’audit qui entrera en vigueur mi-2016 produit ses premières grandes manœuvres. Alors que les cabinets peinent à développer leurs activités de conseil, stratégiques du fait de la future rotation des mandats de commissariat aux comptes, EY a annoncé son rapprochement avec Ricol Lasteyrie, spécialiste de l’évaluation financière et du conseil corporate. Effective début avril, l’opération se traduira par une prise de participation majoritaire d’EY, qui aura la possibilité de monter à 100% du capital de Ricol Lasteyrie à partir de 2017.

Opérationnellement, Ricol Lasteyrie conservera sa marque et deviendra membre du réseau EY. Le rapprochement prévoit aussi un transfert dans ses locaux de l’avenue Hoche de certaines équipes d’EY, afin de constituer un pôle dédié à l’évaluation, aux transactions, au financement/investissement et au conseil. René Ricol, son président, codirigera la nouvelle structure avec Guillaume Cornu, associé EY.

«EY est très présent sur les due diligence et le restructuring, tandis que nous avons de bonnes positions dans le conseil corporate et le conseil en financement», explique à L’Agefi Olivier Pagezy, directeur général adjoint et associé-gérant chez Ricol Lasteyrie. «Nos accès dans les entreprises sont également très complémentaires, puisque nos interlocuteurs sont principalement le directeur général ou le directeur financier, tandis qu’EY est plus présent à un niveau opérationnel», ajoute le dirigeant.

Déjà soumis à des règles très strictes d’indépendance, notamment lors des missions d’expertise réalisée dans le cadre des offres publiques, Ricol Lasteyrie devra en revanche abandonner d’importants pans de son activité antérieure pour respecter l’incompatibilité entre commissariat aux comptes et conseil.

«EY intervient comme commissaire aux comptes dans à peu près 45% des entreprises du SBF 120, qui est notre cœur de clientèle pour les missions d’évaluation et de conseil. Donc environ 45% de notre chiffre d’affaires sera impacté», explique Olivier Pagezy. Des pertes qui devraient néanmoins être compensées par les opportunités créées par le rapprochement. L’opération permettra à Ricol Lasteyrie d’accéder à un portefeuille client plus large, ainsi qu’au réseau international d’EY.

A lire aussi