La rémunération d'Henri Proglio chez Thales fait polémique

le 05/02/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Henri Proglio réclamerait pour la présidence non exécutive de Thales une rémunération annuelle de 400.000 euros, alors que l'Etat, premier actionnaire de l'équipementier, lui en propose 140.000 euros, écrit jeudi Le Monde. «M. Proglio est très gourmand», dit une source gouvernementale citée par Le Monde. Son rôle de conseiller de l'agence fédérale russe de l'énergie atomique Rosatom paraît en outre incompatible au gouvernement avec la fonction de président, même non exécutif, d'un groupe industriel français de l'armement, ajoute le quotidien. Thales a reporté fin janvier l'assemblée générale prévue le 4 février pour avaliser la modification de la gouvernance et permettre la nomination d'un tandem constitué de Patrice Caine, ex-numéro deux du groupe, à la direction générale et d'Henri Proglio au poste de président.

A lire aussi