La fusion de Dentons et Dacheng bouscule la hiérarchie des cabinets d'avocats

le 23/01/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La firme internationale Dentons espère profiter du marché intérieur chinois, difficile à pénétrer. Dacheng, lui, s'internationalise d'un coup.

Habitués au duel entre Baker & McKenzie et DLA Piper pour la suprématie des cabinets d’avocats, les observateurs du monde juridique voient un outsider bousculer la hiérarchie. La firme internationale Dentons et le leader chinois Dacheng vont fusionner, donnant naissance au plus grand cabinet au monde: 6.600 avocats, répartis dans 120 bureaux dans plus de 50 pays.

La nouvelle firme sera nommée Dacheng en Chine et Dentons ailleurs. Elle adoptera la structure juridique suisse de Verein, choisie par la plupart des cabinets internationaux, dont Dentons. Une tactique qui permet de contourner la loi chinoise, qui interdit les fusions entre cabinets chinois et étrangers.

La nouvelle entité dépasse Baker & McKenzie, qui compte plus de 4.000 professionnels. En termes d’effectifs, l’essentiel de l’apport provient de Dacheng, fort de ses 4.000 avocats et 52 bureaux. Mais seuls neuf bureaux sont situés hors de Chine, dont trois aux Etats-Unis, un à Paris, un à Moscou, ainsi qu’un partenariat exclusif avec Hussain Lootah & Associates à Dubaï. Dentons est, lui, issu du rapprochement de trois cabinets opéré en mars 2013: le canadien Fraser Milner Casgrain, le français Salans et l’anglo-américain SNR Denton.

Au-delà des effectifs, la puissance créée par l’alliance reste ignorée en termes de revenus. Si Dentons (qui compte Coca Cola, Total et HSBC parmi ses clients) a déclaré un chiffre d’affaires de 1,3 milliard de dollars en 2013, celui de Dacheng (fondé en 1992) est inconnu. Son dernier chiffre connu atteignait en 2011 1,2 milliard de yuans (170 millions d’euros aujourd’hui). Dacheng-Dentons est donc encore loin de Baker & McKenzie (2,54 milliards de dollars en 2013-2014) ou DLA Piper (2,48 milliards en 2013).

Mais l’essentiel n’est pas là. S’implanter en Chine est difficile pour les cabinets étrangers, d’autant plus depuis le ralentissement de l’économie chinoise. Fried Frank Harris Shriver & Jacobson a annoncé cette semaine la fermeture de ses bureaux de Hong-Kong et de Shanghai. Le rapprochement Dentons-Dacheng est le premier qui repose sur un travail en Chine avec les entreprises chinoises, et non pas uniquement étrangères. De quoi capter une partie du gigantesque marché intérieur.

Joseph Andrew et Elliott Portnoy, respectivement président et directeur général de Dentons, ont indiqué hier au journal American Lawyer que son revenu brut avait progressé de 19,8% par an en moyenne grâce à l’augmentation des effectifs et à une demande croissance.

A lire aussi